Espace International - News, articles, interviews et dossiers

Interview de Jean-Pierre Remy : Directeur général du groupe Pages Jaunes

Jean-Pierre Remy

Directeur général du groupe Pages Jaunes

Le cours de bourse ne reflète pas nos fondamentaux. Il y a une transformation de notre groupe largement engagée qui s'est traduit par un retour à la croissance

Publié le 11 Février 2011

Les résultats annuels décevants et des perspectives plus prudentes que prévu pour 2011. Comment l’expliquez-vous ?
La baisse de notre chiffre d’affaires est à relativiser. Celui-ci est composé des engagements pris par les clients sur l’annuaire imprimé et l’annuaire Internet six à neuf mois avant la reconnaissance de notre chiffre d’affaires. Il ne prend de ce fait en compte que les ventes réalisées entre le printemps 2009 et le printemps 2010, une période qui a été particulièrement difficile pour les agents économiques.
Les résultats que nous avons présentés sont ceci étant, totalement en ligne avec les indications que nous avons données au début de l’année 2010, tant en ce qui concerne notre chiffre d’affaires que le niveau de nos marges.

S’agissant des perspectives, beaucoup ont dit que nous avions dégradé nos objectifs pour 2011. Nous n’avons jamais fixé d’objectifs précis pour cette année.
Nous avons uniquement fait état de nos ambitions au mois de mai dans le cadre de l’exposition de notre plan stratégique pour la période 2011-2012. Nous avons alors avancé une hausse de notre chiffre d’affaires de 5%, une augmentation de la part d’Internet, et un niveau de nos marges comparable à celui de 2009-2010.
Nous avons du décaler la concrétisation de nos ambitions en raison du retard que nous avons pris dans la transformation du groupe.

Vous avez décidé de ne plus prendre d’engagements en termes de calendrier s’agissant des objectifs à moyen terme. Pour quelle raison ?

Ce que nous disons, c’est que nous ne sommes plus en mesure de garantir le respect de l’échéance 2012. Mais nous demeurons sur une échéance à moyen terme, autrement dit à un horizon de deux à trois ans.
Comme j’ai pu l’indiquer la transformation du groupe a pris plus de temps que prévu, notamment du fait d’un décalage dans la croissance des ventes. Nous avions signalé un renouement avec une hausse de nos clients dès le mois de juillet. Finalement la tendance haussière ne s’est dessinée qu’au quatrième trimestre.
Nous avons été confrontés à un moindre appétit de la part des annonceurs. La reprise de la commercialisation locale a été plus lente.
Nous avons cependant à présent un changement de tonalité s’agissant des investissements envisagés.

Sur quels moteurs comptez-vous vous appuyer pour redresser la barre ?

Nous voulons nous appuyer sur trois vecteurs de croissance particulièrement. Tout d’abord la vente de sites web et de vidéos entreprises. Les résultats sur ce segment ont été très élevés l’année dernière. Nous sommes parvenus à vendre 60 000 nouveaux sites web.
Ensuite, nous escomptons accroitre notre audience Internet sur les sites pagesjaunes.fr et mappy.fr. Nous voulons en cela renforcer nos services comme la réservation d’hôtel.
Enfin, nous souhaitons développer l’activité mobile qui a crû de plus de 140% l’année dernière. Nous avons comptabilisé plus de 6 millions de téléchargements mobiles en 2010. Nous venons de lancer des offres dédiées au mobile. Plus de 50 000 annonceurs y ont souscrit en l’espace de trois mois.

Pas de d'acquisitions majeures, mais des opérations "tactiques" sont envisagées. Pouvez-vous nous en dire plus ?
Nous avons depuis longtemps intégré dans notre business model, l’acquisition de nouvelles technologies pour répondre à de nouveaux besoins des clients. Nous avons de ce fait acquis la société keltravo.com pour donner la possibilité de demander des devis en ligne dans le secteur des travaux à domicile ; la société 123people qui permet d’agréger des données dans la recherche de personnes, et la société 123deal qui permet d’agréger sur une carte un ensemble d’achats groupés.

Nous privilégions les acquisitions en France, mais il n’est pas exclu que nous soyons intéressés par des entités à l’étranger à l’instar de 123 people qui est une société basée à Vienne.

Quel regard portez-vous sur la baisse de votre titre de bourse de 8% suite à l’annonce de vos résultats ?
La variation du cours est liée à plusieurs facteurs. Ce cours ne reflète pas à mon sens nos fondamentaux. Il y a une transformation de notre groupe largement engagée qui s’est traduit par un retour à la croissance.

Le dividende est en baisse de 11%, ce qui est inférieur aux attentes de certains analystes. Ne craignez vous pas un retrait des actionnaires en conséquence ?

Le taux de distribution est resté le même en 2009 et 2010, de 67%. Sur la base d’une valeur moyenne de l’action PagesJaunes, le rendement ressort à 7,5%. C’est un des rendements les plus élevés du marché boursier parisien.
Nous garderons une politique similaire cette année.


Propos recueillis par Imen Hazgui