Interview de Christophe Brulé  : Président d'Entheca Finance

Christophe Brulé

Président d'Entheca Finance

Parmi nos principales convictions, Casino et Danone

Publié le 13 Mai 2011

Quel regard portez-vous sur l’évolution des marchés actions à l’heure actuelle ?
Certains indicateurs macroéconomiques commencent à afficher une détérioration. En conséquence, il y a des interrogations sur la poursuite de la croissance que l’on a observé depuis 12-18 mois.
Les troubles géopolitiques survenus dans le monde arabe ont poussé les cours du pétrole à la hausse entrainant des répercussions non négligeables sur le pouvoir d’achat des consommateurs. Des craintes portent sur d’éventuels pincements de marges des entreprises.
En dépit de cela, les marchés ont bien tenus globalement avec une première partie de l’année tirée par les financières et une deuxième partie que nous sommes en train de vivre portée par les valeurs défensives.

Vous favorisez donc un retour sur les valeurs défensives ?
Nous apprécions particulièrement les valeurs de l’agroalimentaire. Nous avons une bonne visibilité en matière de chiffre d’affaires. Les marges n’ont pas été impactées par la hausse des prix des matières premières.
Dans le domaine de la distribution, nous misons par exemple sur Casino. Il nous semble que c’est véritablement une société qu’il faut détenir en portefeuille.

Pour quelles raisons ?
Contrairement à Carrefour où la visibilité n’est pas très nette, Casino a une vraie stratégie de développement sur des marchés à forte croissance : Amérique latine, Asie. La société ne cesse de gagner des parts de marché.
Casino affiche pour le premier trimestre un chiffre d’affaire en croissance de 18% en glissement annuel. La croissance interne est de 5,7%. L’effet changement de périmètre est de +10%. Le groupe bénéficie d’une diversification de ses activités à travers des enseignes hard discount comme leader price, et des enseignes à plus forte valeur ajoutée comme Casino ou Monoprix. Un dividende intéressant de 4% est par ailleurs versé.

Quel est le potentiel de progression du cours ?
Nous pourrions envisager un potentiel de 15% autour de 88 euros.
Les multiples de valorisation sont de 13,5 x pour 2011 et 12x pour 2012 , la croissance bénéficiaire attendue est de + 11% en 2011 et +16% en 2012

Quels sont les risques à surveiller sur la valeur ?
Au-delà d’un risque de ralentissement dans les pays émergents qui me semble faible étant donné la progression de la consommation dans ces pays, nous pourrions avoir un risque de management dans ces marchés, comme on a pu le constater avec Carrefour.
Un autre risque en France peut être lié à un affaiblissement de la demande qui amènerait Casino à ne plus pouvoir monter ses prix pour répercuter la hausse des prix des matières premières et à procéder à des opérations contraignantes pour les marges. Ce n’est pas ce que l’on voit pour le moment. Casino se place à la troisième place des distributeurs français avec une part de marché de 13,2%.

Une autre de vos convictions est la société Danone ?

Danone offre de nouveau une forte visibilité sur ses perspectives de résultats et un cash flow abondant. Le CA est en croissance de plus de 19% en glissement annuel. La croissance interne des ventes est de 8,5%. L’effet périmètre est de 8,5% avec une société acquise en Russie Unimilk.
Il y a 18 mois, Danone avait eu une politique agressive de prix pour avoir plus de volume. Cette orientation a été gagnante. Nous avons dès lors observé à la fois une augmentation des ventes de 5% par rapport au premier trimestre 2010 et une hausse des prix de 3,5%. Dans les produits laitiers, les ventes ont montés de 3% en volume et de 3,6% en prix.

Toute la diversification sur la nutrition infantile et médicale est un atout phare pour Danone avec un CA de 11% (5 ,8% effet volume, 5,4% effet prix)
Je ne vois beaucoup de risque pour Danone. Nous pourrions le cas échéant observer un amollissement du pricing power en raison d’une moindre croissance en Europe. Ceci étant on remarque que depuis quelques jours les prix des matières premières fléchissent. Cela redonne une véritable marge de manœuvre à Danone. Nous avons donc un effet levier positif dans les mois prochains qui pourraient palier à une petite baisse de régime dans les volumes.

Quel vous semble être le potentiel de progression du titre ?
Nous pourrions avoir un objectif de 20% de hausse d’ici 12 à 18 mois.
Les multiples de valorisation sont de 16 x pour 2011 et 15 x pour 2012 , croissance bénéficiaire de +11% pour les deux prochaines années.

Danone jouit de la comparaison avec Unilever et Nestlé. Ces deux derniers titres ont dans une mesure différente connu un rallye. Un effet de rattrapage devrait se faire. 2011 et 2012 devraient conduire Danone à avoir un meilleur parcours que ses deux compères.

Propos recueillis par Imen Hazgui