Interview de Pierre Soria : Vice-président Europe du Sud de SuccessFactors

Pierre Soria

Vice-président Europe du Sud de SuccessFactors

Notre introduction à la Bourse de Paris illustre nos ambitions de croissance en Europe

Publié le 21 Juillet 2011

Pouvez-vous présenter SuccessFactors en quelques mots ?
Successfactors est a été créée il y a dix ans, sur le concept de l’exécution de stratégie d’entreprise. Il s’agit d’aider les entreprises à exécuter leur stratégie au niveau opérationnel. Nos solutions doivent ainsi permettre de réduire le fossé entre le discours stratégique décidé par la direction et les actions entreprises par les salariés pour le mettre en œuvre. Pour reconnecter l’opérationnel et le décisionnaire, nous avons mis au point une suite logicielle qui gère les objectifs et les performances de chaque collaborateur et qui est capable de traiter la rémunération des salariés en fonction de ces objectifs. Nous avons également conçu des outils de recrutement de nouveaux talents capables de valoriser les carrières afin de promouvoir l’épanouissement des salariés dans leur entreprise. Enfin, le troisième volet de nos solutions consiste à proposer des solutions de formation et de développement des collaborateurs. L’idée pour SuccessFactors est d’offrir une suite intégrée de solutions logicielles sur diverses problématiques de ressources humaines. Notre argument est de dire aux entreprises que nous allons les aider à aligner leurs équipes entre elles pour qu’il y ait les bonnes personnes aux bonnes responsabilités au bon moment.

Plus concrètement, comment intervenez-vous auprès de vos clients ? Est-ce que vous dépêchez des équipes sur place ?
Nous ne sommes pas une entreprise de consulting, nous proposons un logiciel en mode SaaS (Software as a service, logiciel sous forme d’abonnement, NDLR) dans le cloud (logiciel à distance). Les entreprises peuvent alors configurer nos solutions en fonction de leurs besoins. L’avantage de travailler 100 % en SaaS permet de faciliter la mise en œuvre de nos produits auprès de nos clients en termes d’utilisations et de délais, mais cela permet aussi d’améliorer très nettement le retour sur valeur. Nous avons des data centers en Europe qui permettent une absorption efficace et rapide des montées en charge. En une nuit, un client peut faire ainsi migrer de nouveaux collaborateurs de son entreprise sur une ou plusieurs de nos solutions.Notre solution en mode SaaS a séduit des clients comme la Société Générale, Auchan, Vallourec, Siemens Deutsch Bank ou Nestlé. Nous avons 15 millions d’utilisateurs. SuccessFactors est un vrai acteur européen avec des bureaux et des équipes partout en Europe.

Mardi 19 juillet, SuccessFactors a choisi de s’introduire à la Bourse de Paris et à New York, vous étiez pourtant déjà cotés aux Etats-Unis…
Nous étions cotés sur le Nasdaq. L’idée de passer du Nasdaq au Nyse illustre que pour être les leaders de l’alignement stratégique, nous devons nous-mêmes aligner notre présence sur les marchés financiers. 30% de notre activité est en Europe, et nous atteindrons 50% à la fin de la décennie. Il était important que nous ayons une visibilité sur les marchés financiers européens.

50% en Europe avant la fin de la décennie… Est ce que vous privilégiez un développement en Europe et en Amérique du Nord, plutôt que dans les pays émergents ?
Nous nous développons de façon forte aux Etats-Unis, et en Asie-Pacifique. Mais aujourd’hui nous voyons que notre croissance en Europe est supérieure aux autres régions. L’Europe est un marché important avec près de 830 millions d’habitants mais qui dispose de peu de ressources naturelles, d’où la nécessité de valoriser le capital humain. La gestion de la ressource humaine est en Europe beaucoup plus fine et plus soucieuse qu’aux Etats-Unis habitués à un management plus brutal. S’assurer qu’on garde les collaborateurs et qu’on les développe est une vraie problématique européenne.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre situation financière et vos perspectives ?
L’année passée SuccessFactors a cloturé l’exercice sur un chiffre d’affaires en hausse de 37% à 270 millions de dollars. Pour l’année en cours, notre objectif est de 370 millions d’euros. Nous sommes donc sur rythme de croissance très fort.. Nous enregistrons une forte croissance, et engageons des acquisitions. Nous avons acquis Plateau pour à peu près 300 millions de dollars. C’est une entreprise globale, leader mondial dans le Learning Management System, c'est-à-dire la gestion de la formation. Plateau dispose de clients de référence comme General Electric ou Apple reconnus pour leur souci de valoriser le capital humain et l’innovation. Nous continuons à enrichir le scope de notre suite logicielle pour maximiser la valeur des entreprises avec qui nous travaillons.

Votre stratégie de croissance privilégie-t-elle la croissance organique ou externe ?

Nous avons fait 4 acquisitions majeures, Plateau dont je viens de parler. Mais également d’entreprises qui proposent des réseaux sociaux de type Facebook dédiés aux entreprises. Nous sommes sur un marché où il y a beaucoup d’acteurs, et les spécialistes s’attendent à une consolidation très forte. Nous avons vocation à faire partie des acquéreurs. Nous restons attentifs aux évolutions du marché.. Nous estimons avoir une longueur d’avance car nous sommes les seuls à proposer des solutions intégrées globalisant différentes problématiques des besoins des entreprises.

propos recueillis par Nabil Bourassi