EasyBourse - Investir en bourse en ligne

Espace International

Interview de Caroline Gauthier : Co-responsable de la gestion actions small & mid cap, Amundi

Caroline Gauthier

Co-responsable de la gestion actions small & mid cap, Amundi

Les bénéfices des petites et moyennes valeurs européennes sont encore en dessous de leur niveau de 2007

Publié le 20 Octobre 2017

Depuis le début de l'année les petites et moyennes valeurs européennes font beaucoup mieux que les grandes capitalisations en termes de performance boursière (+22% contre 12% en moyenne pour les large cap). Qu'est-ce qui explique cette surperformance ?
Plusieurs facteurs expliquent cette surperformance. Historiquement les small & mid cap se comportent bien en période de reprise économique, tant en absolu qu'en relatif aux grandes valeurs. Elles sont surreprésentées au sein des secteurs cycliques comme l'industrie, la technologie, et la consommation. Ce sont également des valeurs plus "domestiques", donc moins exposées aux aléas de la conjoncture internationale. Si l'on regarde aujourd'hui la situation de la zone euro, le 'newsflow' macroéconomique est positif, le risque politique a baissé, les résultats des entreprises sont bons. Tout cela explique le retour de flux d'investissements importants vers les actions européennes, en particulier vers les small & mid cap. Cela se traduit également par de nombreuses opérations de fusion-acquisition. Depuis le début de l'année, sur l'ensemble de nos fonds small & mid cap, nous avons déjà eu 12 opérations de M&A.

Avec un ratio cours-bénéfices de 17,5 en moyenne contre 14,5 pour les large cap, les petites et moyennes valeurs européennes ne se paient-elles pas trop cher ?
Il y a eu un regain d'intérêt pour les small & mid cap européennes dans un contexte de taux bas et de retour de l'appétit pour le risque. Mais ce "re-rating" reflète aussi la dynamique de résultats de ces entreprises. Les analystes attendent une hausse de 25% des bénéfices sur le MSCI EMU Small cette année, contre 12% pour le MSCI EMU Large. En 2018 une nouvelle croissance de 18% est attendue sur l'EMU Small contre 8% pour l'EMU Large. J'ajoute que la valorisation relative des small cap par rapport aux grandes valeurs n'a pas bougé par rapport à sa médiane de 10 ans. Enfin, en termes absolus, les profits des small & mid cap de la zone euro sont encore en dessous de leur niveau de 2007. Nous sommes confiants sur le fait qu'elles vont retrouver ces niveaux et même les dépasser avec l'amélioration de l'environnement économique.

Comment sélectionnez-vous des titres dans cet univers de près de 2000 valeurs ?

Nous avons la chance d'avoir une équipe de 9 experts spécialisés dans les small & mid cap, basés à Paris et Milan (Amundi a finalisé cet été le rachat du gestionnaire italien Pioneer Investments, ndlr). Nous organisons jusqu'à 800 rencontres par an avec les dirigeants d'entreprises à travers l'Europe. Nos principaux critères sont la qualité de la communication, la transparence, la vision stratégique, la capacité de pilotage du management et la qualité du modèle économique. La sélection de titres se fait par une approche "bottom-up" (s'attachant aux qualités intrinsèques de chaque entreprise plutôt qu'à l'environnement sectoriel ou macroéconomique, ndlr) qui a pour objectif de dégager de la surperformance sur le long terme.

Avec quelles spécificités dans le cadre du fonds Amundi Funds Equity Euroland Small Cap ?

Le fonds est composé de 80 valeurs avec une taille de capitalisation moyenne d'environ 3 milliards d'euros. Le cœur du portefeuille est constitué d'entreprises positionnées sur ce que nous appelons des "méga-tendances" : vieillissement de la population, automatisation des process de production, digitalisation ou encore externalisation. Mais nos choix sont également guidés par des thématiques plus conjoncturelles. Par exemple, aujourd'hui, la reprise du marché de la construction en Europe, l'augmentation des investissements informatiques et des budgets de défense. L'objectif est de sélectionner les valeurs qui offrent le plus de potentiel sur un horizon de moyen terme. Nous n'avons pas de biais sectoriel ou géographique : notre exposition découle de la sélection de titres. Le fonds est éligible au PEA avec un horizon d'investissement conseillé de 5 ans.

Propos recueillis par François Schott