Espace International - News, articles, interviews et dossiers

USA: La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell

Publié le 25 Juin 2019

Copyright © 2019 Reuters

USA: La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell

USA: La Fed est "isolée" des pressions politiques, assure Powell

-

NEW YORK (Reuters) - Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, a assuré mardi que la banque centrale américaine était "isolée des pressions politiques à court terme", une allusion à peine voilée aux appels répétés du président Donald Trump en faveur d'une baisse des taux d'intérêt, question clé pour la Fed comme les marchés financiers.

"La Fed est isolée des pressions politiques à court terme - ce que l'on appelle souvent notre 'indépendance'", a-t-il déclaré dans une allocution préparée pour une conférence organisée par le Council on Foreign Relations à New York.

"Le Congrès a choisi d'isoler la Fed de cette façon parce qu'il a vu les dommages qui surviennent souvent lorsque la politique se plie aux intérêts politiques à court terme. Les banques centrales des grandes démocraties du monde entier jouissent d'une indépendance similaire."

Les propos de Jerome Powell interviennent alors que la banque centrale, qui a marqué une pause dans le resserrement de sa politique monétaire et signalé qu'elle pourrait même abaisser les taux, subit régulièrement des critiques de la part de Donald Trump.

Le président américain, qui a réaffirmé le week-end dernier qu'il avait le pouvoir de limoger Jerome Powell, a jugé lundi sur Twitter que la Fed "ne savait pas ce qu'elle faisait" et qu'elle avait relevé trop vite ses taux d'intérêt étant donné la faiblesse de l'inflation et le ralentissement de la croissance mondiale.

"Imaginer ce qui aurait pu arriver si la Fed avait agi de la bonne manière", a ajouté Donald Trump. "Des milliers de points de hausse pour le Dow et un PIB à 4 ou même 5 (points de croissance-ndlr). Mais elle ne bouge pas, comme un enfant obstiné, alors que nous avons besoin de baisses de taux & d'assouplissement, pour compenser ce que les autres pays nous font subir. Tout faux."

Très peu d'économistes ont la même opinion que le président quant à l'ampleur de l'impact qu'une baisse de taux pourrait avoir sur la croissance économique aux Etats-Unis; par ailleurs, certains juristes estiment qu'il serait difficile voire impossible pour le président de remplacer d'autorité Jerome Powell avant la fin de son mandat.

ÉVITER UNE RÉACTION "EXCESSIVE" AUX INCERTITUDES

Lors de sa réunion de politique monétaire des 18 et 19 juin, la Fed a maintenu ses taux directeurs inchangés tout en ouvrant la voie à de possibles baisses de taux pouvant atteindre au total jusqu'à 50 points de base d'ici la fin de l'année.

Mardi, Jerome Powell a répété que la Fed jugeait toujours les perspectives de croissance de l'économie américaine solides, avec un taux de chômage au plus bas et une inflation proche de son objectif annuel de 2%. Mais il a indiqué que ses collègues et lui-même s'interrogeaient sur le fait de savoir si l'incertitude entourant notamment le commerce justifiait une baisse des taux.

"La question à laquelle mes collègues et moi sommes confrontés est de savoir si ces incertitudes continueront de peser sur les perspectives et nécessiteront donc un assouplissement monétaire supplémentaire", a déclaré Jerome Powell.

"De nombreux membres du FOMC estiment que les arguments en faveur d'une politique un peu plus accommodante se sont renforcés. Mais nous sommes également conscients du fait que la politique monétaire ne doit pas réagir de façon excessive à une statistique particulière ou à une variation à court terme du sentiment. Agir ainsi risquerait d'ajouter encore plus d'incertitude aux perspectives", a-t-il ajouté.

"Nous surveillerons de près les répercussions des informations reçues sur les perspectives économiques et nous prendrons les mesures qui s'imposent pour soutenir l'expansion."

La Bourse de New York a brièvement creusé ses pertes après les déclarations du président de la Fed avant de revenir à son niveau antérieur. Sur le marché des changes, le dollar a gagné du terrain et vers 17h45 GMT, il s'appréciait de 0,15% environ face à un panier de devises de référence.

Au même moment, le rendement des bons du Trésor américain à dix ans cédait un plus plus de deux points de base à 1,99% après un pic à 2,012%.

Powell "ne semble donner aucun indice laissant entendre que la Fed va baisser les taux de manière offensive de 50 points de base à sa prochaine réunion", estime Chad Morganlander, gérant senior de Washington Crossings Advisors.

"Le débat porte sur la question de savoir si la baisse sera de 25 points ou de 50 points de base au cours des deux prochains mois. Je crois qu'il signale au marché qu'ils iront jusqu'à une réduction d'un quart de point et puis qu'ils attendront."

(Trevor Hunnicutt, Blandine Hénault et Marc Angrand pour le service français)

2019-06-25T181519Z_2_LYNXNPEF5O1GV_RTROPTP_1_USA-ECONOMY.JPG urn:newsml:onlinereport.com:20190625:nRTROPT20190625173711LYNXNPEF5O1GV USA: LA FED S'INTERROGE SUR LES TAUX MAIS RESTE INDÉPENDANTE, DIT POWELL OLFRBUS Reuters France Online Report Business News 20190625T173711+0000 20190625T173711+0000

Reuters

OK, tout accepter
Fermer