Espace International - News, articles, interviews et dossiers

Greenpeace dit avoir reçu des documents sur la sécurité de Flamanville

Publié le 07 Décembre 2020

Copyright © 2021 Reuters

Greenpeace dit avoir reçu des documents sur la sécurité de Flamanville

Greenpeace dit avoir reçu des documents sur la sécurité de Flamanville

-

PARIS (Reuters) - Greenpeace France dit lundi avoir eu accès, sans l'avoir sollicité, à "des documents extrêmement détaillés portant sur tous les systèmes de protection de l'EPR de Flamanville", dans la Manche, et "considère que la sécurité du site est aujourd'hui totalement remise en cause".

Dans un communiqué, l'association antinucléaire explique que ces milliers de pages de documents, "comprenant des plans précis du site, la localisation des caméras de sécurité ou encore des descriptions du système électronique de surveillance" lui ont été "remis sans sollicitation, recherche ou investigation de la part de l'association, par une personne qui n'avait aucune raison professionnelle d'y accéder, ne travaillant ni de près ni de loin pour l'industrie nucléaire".

"Greenpeace France a pu établir une conformité entre ses observations sur le terrain, le calendrier de la construction de l’EPR et certains des documents", ajoute l'ONG.

"Le canal via lequel nous avons eu accès à ces documents prouve que des informations détaillées touchant à la sécurité d'un site nucléaire circulent sur la place publique", commente le directeur de Greenpeace France, Jean-François Julliard, dans le communiqué.

"Entre de mauvaises mains, ces informations pourraient permettre de contourner ou de neutraliser certains systèmes de sécurité du site. On peut alors imaginer la possibilité d’une intrusion, d’un sabotage de chantier ou d’un vol de matières radioactives", ajoute l'association.

"Greenpeace France estime qu'il serait totalement irresponsable, dans ces conditions, de poursuivre les livraisons de combustible nucléaire sur le site de Flamanville."

Début octobre, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a donné son feu vert à des livraisons de combustible pour l'EPR de Flamanville en évoquant, après une inspection, "un état de l'installation et un niveau de préparation de l'exploitant satisfaisants".

Selon Greenpeace et plusieurs autres associations, un premier camion chargé d'acheminer de l'uranium enrichi jusqu'au réacteur de Flamanville est parti fin octobre de l'usine Framatome de Romans-sur-Isère (Drôme).

Annoncé en 2004, le réacteur de Flamanville devait initialement entrer en service en 2012.

(Jean-Stéphane Brosse, édité par Henri-Pierre André)

2020-12-07T064444Z_1_LYNXMPEGB609L_RTROPTP_1_FRANCE-POWER.JPG urn:newsml:onlinereport.com:20201207:nRTROPT20201207064444LYNXMPEGB609L GREENPEACE DIT AVOIR REÇU DES DOCUMENTS SUR LA SÉCURITÉ DE FLAMANVILLE OLFRBUS Reuters France Online Report Business News 20201207T064444+0000 20201207T064444+0000

Reuters