Toshiba affiche une perte d'exploitation inattendue au T1 à cause des coûts des matières premières

Publié le 10 Août 2022

Copyright © 2022 Reuters

Toshiba affiche une perte d'exploitation inattendue au T1 à cause des coûts des matières premières

Toshiba affiche une perte d'exploitation inattendue au T1 à cause des coûts des matières premières

-

TOKYO (Reuters) - Toshiba a enregistré mercredi d'une perte exploitation inattendue au premier trimestre de son exercice, plombé par la pénurie mondiale de puces électroniques et par la hausse des coûts des matières premières. 

Le conglomérat japonais affiche une perte d'exploitation de 4,8 milliards de yens (34,8 million d'euros) pour le trimestre d'avril-juin, contre un bénéfice de 14,5 milliards de yens un an plus tôt.

Ce chiffre est inférieur aux prévisions de quatre analystes interrogés par Refinitiv, qui tablaient sur un bénéfice de 19,4 milliards de yens en moyenne.

La hausse des coûts des matières premières et de la logistique a fait baisser son bénéfice d'exploitation de 9,4 milliards de yens, tandis qu'une pénurie de puces a eu un impact négatif d'environ 3 milliards de yens, a indiqué la société.

Le groupe a toutefois maintenu ses prévisions de bénéfices pour son année fiscale, qui se termine en mars, à 170 milliards de yens, soit une hausse de 7% par rapport à l'année précédente.

Toshiba, qui explore des options stratégiques comme son retrait de la cote, pourrait être valorisé à environ 22 milliards de dollars, ont indiqué des sources à Reuters en juin. 

Les tensions entre Toshiba et ses investisseurs activistes ont atteint un sommet l'année dernière lorsqu'une enquête commandée par les actionnaires a conclu que la direction avait oeuvré en accord avec le ministère japonais du Commerce afin d'empêcher des investisseurs étrangers d'exercer une influence au sein du conseil d'administration.

Cette année, les actionnaires ont voté contre un plan de scission du conglomérat en plusieurs sociétés.

(Reportage Makiko Yamazaki ; version française Valentine Baldassari, édité par Kate Entringer)

Reuters