L'économie russe recule de 4% au 2e trimestre en raison des sanctions

Publié le 12 Août 2022

Copyright © 2022 Reuters

L'économie russe recule de 4% au 2e trimestre en raison des sanctions

L'économie russe recule de 4% au 2e trimestre en raison des sanctions

-

MOSCOU (Reuters) - L'économie russe s'est contractée de 4,0% en glissement annuel au cours du deuxième trimestre 2022, soit le premier trimestre complet depuis que la Russie a déclenché l'invasion de l'Ukraine, qualifiée par Moscou d'"opération militaire spéciale", montrent vendredi les données préliminaires du service fédéral de la statistique Rosstat.

Rosstat n'a pas fourni de détails mais selon les analystes, la contraction a été provoquée par la faiblesse de la demande des ménages et les conséquences des sanctions imposées à la Russie par les Occidentaux et quelques pays alliés depuis l'invasion, déclenchée le 24 février.

"Les données du mois de juin suggèrent que la contraction de l'économie russe semble avoir atteint son point le plus bas, car la situation dans certaines industries se stabilise", a déclaré Sergey Konygin, économiste à la Sinara Investment Bank.

La contraction du produit intérieur brut au deuxième trimestre n'a pas été aussi importante que prévu. Les analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur un recul du PIB de 7% en glissement annuel en avril-juin, après une croissance de 3,5% au premier trimestre.

Les analystes de la banque centrale s'attendaient à une contraction du PIB de 4,3% au deuxième trimestre, et ont indiqué que la baisse pourrait atteindre 7% au troisième trimestre. Une reprise de l'économie est prévue au second semestre 2023, selon la banque centrale.

Dans un environnement politique très instable, les prévisions officielles concernant l'ampleur de la récession en Russie varient grandement.

Le ministère russe de l'Économie a déclaré en avril que le PIB du pays pourrait chuter de plus de 12% cette année - après une croissance de 4,7% en 2021 - ce qui aurait été la plus forte contraction depuis le milieu des années 1990.

En avril, la banque centrale russe estimait que le PIB se contracterait de 8 à 10%, mais le mois dernier, elle a révisé ses prévisions à une contraction de 4 à 6%.

(Reportage Reuters, version française Dagmarah Mackos)

Reuters