Dans un entretien au Financial Times paru ce mercredi, Henri Termeer se dit prêt à prendre sa retraite après la confirmation des résultats des essais menés sur le Campath, le médicament développé par Genzyme contre la sclérose en plaques. Ces résultats sont attendus vers la mi-2011. Il se dit en outre prêt à quitter les fonctions de directeur général en cas de rachat de sa société par Sanofi-Aventis d'ici là.

Mais pour l'heure, l'offre du Français reste inacceptable, selon Henri Termeer. Sanofi propose 69 dollars par action Genzyme, ce qui valorise la société américaine à 18,5 milliards de dollars. Termeer suggère un prix de 80 dollars par action et affirme qu'il ne rencontrera pas les dirigeants du groupe français et n'autorisera aucun audit préalable si l'offre n'est pas sensiblement relevée.

La partie est donc encore loin d'être gagnée pour Sanofi-Aventis qui serait prêt à relever son offre de seulement 1 ou 2 dollars par action, selon l'agence Bloomberg.

Le groupe français a par ailleurs essuyé un nouveau revers commercial avec le refus des autorités sanitaires américaines de prolonger le brevet du Taxotere, un anticancéreux dont le chiffre d'affaires s'est monté à 439 millions d'euros au premier semestre aux Etats-Unis. Ce refus ouvre la voie à la commercialisation d'ici la fin de l'année d'un générique fabriqué par l'américain Hospira.

Vers 10h45, l'action Sanofi recule de 0,67% sur un marché en baisse de 0,22%.