C'est toujours non pour Genzyme. Le groupe pharmaceutique français Sanofi-Aventis a beau multiplier les tentatives de discussions, le laboratoire américain Genzyme repousse toujours l'offre de rachat formulée par le français. Sanofi-Aventis continue pourtant de 'croire que cette transaction est dans l'intérêt des actionnaires tant de Genzyme que de Sanofi-Aventis'.

Sanofi-Aventis a indiqué ce lundi qu'il a envoyé une lettre à Genzyme lui demandant de 'clarifier sa position sur un certain nombre d'actions potentielles de son Conseil d'Administration'. En effet, précédemment, Genzyme avait prévenu qu'il était prêt à prendre un certain nombre de mesures défensives pour éviter un rachat par Genzyme.

'Nous souhaitons de nouveau vous demander de nous rencontrer afin de discuter de notre proposition d'acquérir Genzyme. Nous continuons de croire que notre offre est attractive pour vos actionnaires et leur propose une valeur immédiate et substantielle qui reflète le potentiel de l'activité et des futurs produits de Genzyme', a souligné Christopher A. Viehbacher, directeur général de Sanofi-Aventis, dans sa lettre adressée à Henri Termeer, dirigeant de Genzyme.

Sanofi-Aventis rappelle aussi dans sa lettre être encouragé par la décision de Genzyme 'd'explorer et évaluer des alternatives', y compris en prenant contact avec des tiers, mais observe ne pas encore été contacté par Genzyme ou ses conseils. Le groupe américain devrait 'en toute équité, donner à [ses] actionnaires la possibilité de décider par eux-mêmes s'ils souhaitent ou non accepter notre proposition', a recommandé le groupe français.

Toutefois, Genzyme a opposé ce lundi une fin de non recevoir au groupe pharmaceutique français, en réitérant sa volonté de s'opposer 'par tous les moyens adéquats' à son OPA qu'il estime sous-évaluée.