L’annonce a été faite lundi par le département américain de la justice.

GlaxoSmithKline aurait commercialisé sur le marché son antidépresseur Paxil après de patients âgés de moins de 18 ans, alors que la " Food and Drug Administration", l'autorité de régulation compétente n'avait pas donné son approbation pour une utilisation pédiatrique de ce médicament. 
Le laboratoire aurait, en outre, fait la promotion d'un autre antidépresseur, le
Wellbutrin en tant que traitement destiné à régler la perte de poids, des dysfonctionnements sexuels et des problèmes d'addiction à certaines substances sans qu'une approbation n'ait, là aussi, été donnée. 

La compagnie aurait, de plus, sciemment omis de reporter au gouvernement pendant sept ans des problèmes de sécurité lié au médicament Avandia destiné à traiter le diabète. Ce médicament à vu son exploitation restreinte sur le territoire américain et interdite sur le territoire européen après qu’il ait été mis en évidence en 2007 qu’il augmentait considérablement les risques d’attaques cardiaques.

Parallèlement à l’action au pénal une action au civil a été intentée dans laquelle le gouvernement reproche à la société d’avoir mené des actions marketing inappropriées, notamment en offrant à des médecins des voyages onéreux et des tickets de concert.

L’amende de 3 milliards de dollars que GlaxoSmithKline a accepté de payer découle d'un accord passé entre la firme et les autorités publiques. « Le groupe est parvenu à cet accord avec le gouvernement pour éviter de perdre du temps, des frais supplémentaires, pour lever les incertitudes liées à l’issue de l' action intentée par le gouvernement et pour mettre derrière nous une affaire qui date depuis un moment» a précisé un communiqué diffusé par le laboratoire.

La sentence doit à présent être approuvée par la Cour fédérale du Massachusetts.

C'est l’amende la plus élevée jamais payée par un laboratoire pharmaceutique.
«Cette amende sans précédent met en évidence l’engagement de la justice pour protéger la population américaine et pour sanctionner les personnes à l’origine d’une fraude dans le domaine de la santé » a déclaré James Cole, procureur général.

En 2009, le laboratoire Pfizer avait plaidé coupable d’avoir fait la promotion de 13 médicaments de manière irrégulière aux Etats-Unis et accepté de payer une amende de 2,3 milliards de dollars. La même année, l’entreprise Eli Lilly & Co. a également accepté de plaider coupable pour avoir commercialisé son médicament Zyprexa (destiné à traiter la schizophrenie) à des finalités non approuvées et consenti à verser 1,42 milliards de dollars.

44 Etats fédérés seraient parties prenantes dans le dossier. L’Etat de la Californie devrait recevoir 46 millions de dollars de dommages et l’Etat de New York 146 millions de dollars.

Au-delà de cette amende, la société a également accepté d’être contrôlée par des représentants du gouvernement pendant 5 ans pour s’assurer que la mise en conformité de ses pratiques commerciales et marketing.

Le président de GlaxoSmithKline Andrew Witty a exprimé ses regrets et assuré que la société avait su tiré les leçons des erreurs commises.