Sanofi va-t-il se séparer de sa branche de santé animale, Merial ? L’idée évoquée pour la première fois par Olivier Brandicourt début novembre semble avoir fait son chemin puisque le groupe a mandaté la banque Lazard pour étudier une vente, selon l’agence Reuters.

Cette activité pourrait intéresser un fonds de capital-investissement ou l'allemand Bayer, dont Olivier Brandicourt dirigeait la branche santé avant de passer chez Sanofi et qui possède aussi des actifs dans la santé animale. Mais la piste d’une introduction en bourse est également envisagée. Sanofi pourrait empocher quelque 12 milliards d’euros de cette vente, précise l’agence.

Cet argent servirait à des acquisitions de taille moyenne et au renforcement des dépenses de R&D. Sanofi compte en effet réaliser 1,5 milliard d'euros d'économies d'ici à 2018 tout en augmentant ses investissements dans la recherche. Il considère que son pôle de santé animale et ses activités de médicaments génériques en Europe offrent peu de synergies avec ses autres activités.

Merial emploie environ 1500 personnes dans la région lyonnaise (6700 dans le monde). Numéro un mondial sur le marché des médicaments et vaccins pour les animaux de compagnie il vise un chiffre d’affaires de 2,4 milliards d’euros en 2015 contre 2,1 milliards en 2014.