Eurofins étend encore son emprise en Europe. Le groupe français, spécialiste des tests et analyses à destination de l'agroalimentaire, de l'industrie pharmaceutique et de l'environnement, a annoncé jeudi le rachat du leader britannique de l'expertise légale, LGC Forensics. Ce dernier travaille avec les polices britannique, allemande et néerlandaise et revendique plus de 34 000 cas traités chaque année. Il emploie 650 personnes dans 8 laboratoires, dont sept sont situés en Grande-Bretagne, et a réalisé en 2016 un chiffre d'affaires de 45 millions d'euros.

Le montant de l'opération n'a pas été dévoilé. Elle permettra à Eurofins de "remodeler l'industrie européenne de l'expertise légale", un marché qui offre selon le groupe d'importantes opportunités de croissance compte tenu de la tendance à "l'externalisation" des expertises par les services de police. Avec LGC, le groupe affichera un volume de plus de 500 000 tests ADN par an et pourra également proposer toute une série de nouveaux services tels que l'analyse de téléphones portables et d'ordinateurs, d'images et audio. Eurofins entend ainsi consolider la place de numéro un de LGC en Grande-Bretagne et en Allemagne et "étendre l'offre à d'autres marchés européens".

Le groupe tricolore, qui emploie 30 000 personnes dans près de 400 laboratoires dans le monde, poursuit à un rythme soutenu sa stratégie de croissance externe. Depuis le début de l'année, il a ainsi racheté une trentaine de sociétés représentant un chiffre d'affaires cumulé d'environ 300 millions d'euros (hors acquisition de LGC Forensics). Sur l'ensemble de l'année, le groupe vise un chiffre d'affaires de près de 2,9 milliards d‘euros, contre 2,54 milliards en 2016, et un excédent brut d'exploitation (Ebitda) de 550 millions d‘euros contre 480 millions, soit une croissance d'environ 15% contre 30% en 2016.

Vers 10h30, le titre avance de 0,1% sur un marché parisien en baisse de 0,2%.