Au premier trimestre de son exercice 2011-2012, le groupe français Sodexo a enregistré un chiffre d'affaires en hausse de 8,1%, à 4,6 milliards d'euros, en croissance interne de 6,8%. L'activité de Solutions de services sur site a progressé de 8,1%, et celle de Solutions de motivation de +7%. La croissance du groupe a notamment été soutenue par la Coupe du monde de rugby en Nouvelle-Zélande, et le dynamisme de l'Amérique latine et de l'Asie.

Par zones géographiques, le chiffre d'affaires a connu une croissance interne de 4,9% en Amérique du Nord, de 1,5% en Europe continentale, de 14,3% en Grande-Bretagne et en Irlande, et de 19,3% dans le reste du monde. Par secteurs, l'activité Entreprises et Administrations a affiché une croissance interne de près de 10%, Santé et Seniors de 3,8%, et Education de 3,6%.

Sur la période, le groupe de restauration collective a réalisé plusieurs acquisitions, l'entreprise brésilienne Puras do Brasil, le français Lenôtre, et enfin le groupe américain Roth Bros (services de climatisation, de gestion énergétique, de contrôle dans les bâtiments). 'L'intégration de ces acquisitions se déroule conformément aux attentes du groupe', précise Sodexo.

Par ailleurs, Sodexo a confirmé ses objectifs de résultats pour l'ensemble de son exercice 2011-2012. Ainsi, il vise une croissance interne de son chiffre d'affaires 'entre 5 et 8%' à laquelle 'il convient d'ajouter environ 4% de contribution au chiffre d'affaires consolidé des acquisitions récentes'. Le groupe anticipe aussi un résultat opérationnel en croissance de l'ordre de 10% hors effets de change et impact favorable et exceptionnel relatif au traitement comptable des retraites.

'Si l'environnement économique mondial reste très instable, la croissance du chiffre d'affaires pour les trois premiers mois de l'exercice 2011-2012 reflète notre dynamisme commercial et est en ligne avec nos objectifs pour l'année en cours', a indiqué le directeur général de Sodexo, Michel Landel.

Ce mercredi vers 9h05, le titre Sodexo reculait de 0,91%, à 55,70 euros, dans un marché parisien en baisse de 0,12%, à 3 206 points. Sur un an, la valeur a progressé de plus de 4%.