Facebook serait prêt. Le réseau social aux plus de 800 millions d'utilisateurs pourrait déposer dès aujourd’hui un dossier d'entrée en Bourse auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC), révèlent plusieurs journaux américains.

A ce stade, il s'agirait d'un dossier préliminaire qui ne vise pas à révéler le nombre d'actions mises en jeu ni le montant espéré. Les estimations oscillent entre 5 et 10 milliards de dollars, ce qui ne représenterait qu’une petite partie de la valeur l’entreprise, estimée entre 75 et 100 milliards.

Si Facebook lève 10 milliards de dollars, ce devrait être à peu près la 15e introduction de tous les temps, et la 6e pour les Etats-Unis (après notamment Visa et General Motors en 2010), indique toutefois Renaissance Capital, un cabinet spécialisé dans les introductions en bourse.

Des revenus en forte hausse


L’entreprise a jusqu’à présent privilégié les levées de fonds auprès d’investisseurs institutionnels, alimentant créant une polémique sur le caractère « non-démocratique » de ce type de financement.

Par ailleurs, certains investisseurs s’interrogent toujours sur le modèle économique de Facebook, bien que les revenus du réseau social soient en forte hausse. Le cabinet eMarketer estime à 4,27 milliards de dollars le chiffre d'affaires de Facebook en 2011, plus que doublé par rapport à 2010 (2 milliards). L’essentiel de ces revenus (90%) provient de la publicité. Les seules recettes publicitaires devraient atteindre 5,78 milliards en 2012, puis 7 milliards l'an prochain.

"Facebook a de la valeur, cela ne fait aucun doute", a déclaré mardi à l'AFP Michael Farr, président du cabinet de conseils en investissements Farr, Miller & à Washington. "Les gens paieront un bon prix (pour acquérir des titres Facebook) parce qu'ils sentent qu'ils vont acheter quelque chose qui marche maintenant, et qui marchera encore mieux à l'avenir".