« L’année passée a été bonne. Nous sommes confiants dans l’avenir ». Michel Landel, directeur général de Sodexo, a fait part de son optimisme jeudi à l’occasion de la publication des résultats annuels du groupe. Le chiffre d’affaires de l’exercice décalé s’établit à 19,81 milliards d’euros, en hausse de 10% par rapport à l’exercice précédent, et de 2,6% hors effet de change. Le résultat opérationnel a progressé de 21,7% (+15,1% hors effet de change), à 1,14 milliard d’euros, pour un bénéfice net de 700 millions d'euros, en hausse de 43%.

Vers 14h05, le titre gagne 11,3% sur un marché parisien en hausse de 0,5%. Le groupe s’est dit « confiant » dans l’atteinte de ses objectifs à moyen terme, à savoir une croissance annuelle moyenne du chiffre d'affaires, hors effet de change, comprise entre +4 et +7 %, une progression du résultat opérationnel de +8 à +10%. Il a cependant annoncé un plan d’économies de 200 millions d’euros sur les deux prochaines années qui se traduira par la suppression de 1200 à 1500 postes dans le monde. « Il faut qu'on ajuste nos bases de coûts », a expliqué Michel Landel.

Implanté dans 80 pays, Sodexo emploie près de 420 000 personnes et revendique la place de 18è employeur mondial. La France représente environ 9% des effectifs du groupe et 14% de son chiffre d’affaires. Sa forte internationalisation, notamment en Amérique du nord, lui a permis de bénéficier d’effets de change positifs liés à la baisse de l’euro en 2014/2015, et cela devrait être encore le cas en 2015/2016. Seul bémol, l'« environnement économique instable dans certaines régions » conduit le groupe à une certaine prudence pour l'exercice en cours, où il table sur une croissance interne du chiffre d'affaires de l'ordre de +3 % et une progression du résultat opérationnel de l'ordre +8 %.

Vers 14h30 le titre bondit de 11,4%, signant de loin la meilleure performance du SBF 120.