Après une nouvelle perte de 21,4 millions d’euros en 2014/2015, l’Olympique Lyonnais espère un retour à l’équilibre financier à l’issue de la saison 2015/2016. C’est plutôt bien parti puisqu’au premier trimestre, le chiffre d’affaires du club a été quasiment triplé par rapport à la même période de l’année dernière. Au 30 septembre les « produits des activités » s’établissent à 64,1 millions d’euros, contre 22,8 millions un an plus tôt, a annoncé le groupe lundi. Cette forte hausse est liée, d’une part, à la participation du groupe à la Ligue des Champions, d’autre part à un mercato d’été « très actif », au cours duquel le club a cédé 5 joueurs. L’OL a également bénéficié d’un intéressement sur le plus gros transfert de l’histoire du foot français, celui d’Anthony Martial qui a quitté Monaco pour Manchester United.

« Les joueurs concernés par ces produits de cessions étant tous issus du centre de formation OL, la plus-value dégagée s’élève donc à 100% du montant de ces produits et témoigne de la performance de la stratégie de capitalisation sur l’Academy OL » commente le groupe. Reste à savoir dans quelles mesures ces cessions impacteront le volet sportif. L’OL occupe actuellement la 2e place du championnat de France mais il est pratiquement éliminé de la Ligue des Champions après trois défaites en quatre matches. Les revenus d’une qualification en huitièmes de finale, soit 5,5 millions d’euros, sont en passe de s’envoler. Quoiqu’il en soit, la participation à la prestigieuse compétition européenne aura un impact « majeur » sur les résultats du 1 er semestre 2015/2016, souligne le groupe.

L’OL compte également sur une montée en puissance des revenus de son Grand Stade, qui sera inauguré le 6 janvier prochain et accueillera plusieurs matches de l’Euro2016. « L’exercice 2015/2016 marquera l’histoire et le développement de l’OL avec l’émergence d’un nouveau business model corrélé à la mise en exploitation du Grand Stade en janvier prochain. Ce nouveau business model devrait permettre à l’OL de rejoindre progressivement, sur le plan européen, la performance économique des grands clubs qui sont propriétaires de leur stade et bénéficient ainsi de l’ensemble des revenus associés », affirme un communiqué. Les résultats sportifs resteront cependant primordiaux. En attendant la bourse salue les bons chiffres trimestriels. Vers 16h50 le titre s’adjuge 6% sur un marché parisien en baisse de 1%.