AccorHotels s’apprête à réaliser la plus grosse acquisition de son histoire. Le groupe hôtelier français a annoncé mercredi un accord en vue du rachat pour 2,6 milliards d’euros des chaînes Fairmont, Raffles et Swissôtel. Ces trois enseignes de luxe sont regroupés au sein du groupe canadien FRHI, lui-même détenu par les fonds souverains qatari et saoudien et par un fonds de pension canadien. Elles totalisent 155 hôtels (dont 40 en développement) parmi lesquels des établissements « légendaires » comme le Raffles à Singapour, le Savoy à Londres, le Fairmont Peace Hotel à Shanghai, le Plaza Hotel à New York, ou encore le Royal Monceau - Raffles Paris.

« Grâce à l’acquisition de ces trois marques mondialement reconnues, AccorHotels complète de manière stratégique son portefeuille de marques et bénéficiera d’un profil d’activité mieux équilibré. Avec l’intégration de Raffles, Fairmont et Swissôtel, le groupe élargit sa couverture géographique dans le luxe» indique le groupe dans un communiqué. Le luxe est « un segment essentiel en termes de rayonnement, de potentiel de développement et de rentabilité », précise Sébastien Bazin, le PDG, alors que le groupe exploite déjà quatre marques dans ce domaine (Sofitel, Pullman, MGallery et The Sebel).

En outre, cette opération « permet au groupe de consolider son actionnariat avec l’entrée au capital de deux investisseurs reconnus, grands spécialistes de l’hôtellerie mondiale », selon lui. AccorHotels prévoit en effet de financer les deux-tiers de l’opération via une augmentation de capital réservée, qui permettra aux investisseurs qatari et saoudien de prendre 16% de son capital (contre 11,2% aujourd'hui pour les fonds Colony et Eurazeo, principaux actionnaires). « Au terme de cette opération, Qatar Investment Authority et Kingdom Holding Company of Saudia Arabia deviendront actionnaires de Accor, avec respectivement 10,5% et 5,8% du capital du Groupe. Deux représentants de QIA et un représentant de KHC seront nommés au Conseil d'Administration de Accor », précise le communiqué.

Cette augmentation de capital sera soumise à l’approbation de l’assemblée générale des actionnaires d’AccorHotels, et l’ensemble de l’opération doit encore obtenir le feu vert des autorités de la concurrence. Celles-ci ne devraient cependant pas s’alarmer d’une éventuelle position dominante, le nouveau groupe restant, avec un peu plus de 100 000 chambres, loin du numéro un mondial Marriott et ses 800 000 chambres.