Espace Tourisme - News, articles, interviews et dossiers

Compagnie des Alpes se recentre sur ses grandes marques

Compagnie des Alpes se recentre sur ses grandes marques

(Easybourse.com) Après des résultats annuels mitigés pour son exercice 2009-2010, le groupe Compagnie des Alpes a prévu de poursuivre son programme de cessions des actifs qui ne sont pas au cœur de la stratégie «grandes marques, grands parcs» du groupe.

Interview de Franck Silvent

Interview

Franck Silvent

Directeur général délégué

Compagnie des Alpes

Dans le cadre de son programme de recentrage de ses activités, le groupe de domaines skiables et de parcs de loisirs Compagnie des Alpes (CDA) a décidé de se séparer de sept sites de loisirs : le parc de Bagatelle, l’Aquarium de Saint Malo, le parc des Mini Châteaux et l'Aquarium du Val de Loire, l’Aquaparc du Bouveret en Suisse, Avonturenpark Hellendoorn aux Pays Bas et PleasureWood Hills en Grande-Bretagne.

Depuis 2008, CDA avait annoncé un objectif de «clarification stratégique» autour de la valorisation de ses grandes marques et d’un renforcement de ses positions de marché existantes. «La cession des actifs non stratégiques était une opération très attendue par les marchés. Ces sites ne sont pas de mauvais sites en tant que tels, mais ils ne rentrent pas dans les priorités stratégiques de notre groupe», explique Franck Silvent, directeur général délégué du groupe. La cession de ces sites, qui sont souvent isolés géographiquement et représentent peu de synergies avec le reste du portefeuille, va aussi «permettre une optimisation de l’usage de notre capital, que nous préférons utiliser sur des éléments plus stratégiques», a-t-il ajouté.

Dans cette perspective, le groupe est entré en négociations exclusives avec le fonds d’investissement H.I.G. Capital France associé à Laurent Bruloy, «professionnel reconnu du secteur», et les discussions en sont à un stade avancé. Compagnie des Alpes pourrait conserver une participation minoritaire dans le nouvel ensemble durant une période à définir, de sorte à faciliter la transition.

Croissance externe : Viser des sites de taille critique suffisante

En matière de croissance externe, l’exercice 2009-2010 a été marqué par l’acquisition des Deux Alpes Loisirs, une prise de contrôle dans le Futuroscope, le rachat anticipé de 100% de STVI (Val d’Isère), mais aussi par la cession des participations dans le domaine skiable de Saas Fee Bergbahnen en Suisse celui de Courmayeur (Italie). Pour la suite, CDA a des cibles en vue, mais pour l’instant rien qui puisse être communiqué. «Dans les domaines skiables, notamment en France, il reste peu de sites qui répondent à nos critères très stricts d’acquisition (taille suffisante, haute altitude, renommée internationale), mais ce sera affaire d’opportunité», a souligné Franck Silvent.

«Dans les Parcs de loisirs, le jeu est beaucoup plus ouvert et nous viserons soit des sites qui nous permettront de renforcer nos positions de marché existantes, par exemple en Belgique, en Hollande, soit qui nous permettront d’acquérir tout de suite dans un nouveau marché une taille critique suffisante, notamment par exemple dans les pays d’Europe du Sud», a-t-il développé. En tant que propriétaire et pour les achats «classiques», CDA privilégie l’Europe.

Ainsi, pour les acquisitions «classiques» de domaines skiables, la France est privilégiée par le groupe. Toutefois, CDA vise également un autre mode de développement à l’international qui consiste à intervenir en tant que conseil-assistance à la conception du domaine skiable puis de l’exploiter par le biais de contrats de management, mais sans prise de risque capitalistique. Ce mode devrait être développé notamment dans des pays émergents mais aussi en Russie (domaine skiable de Sotchi), et être aussi utilisé dans la branche des Parcs de loisirs qui va également proposer un concept de parc «clé en mains».

Bonne résistance sur l’exercice 2009-2010

Pour faire un bilan de l’exercice 2009-2010, clos le 30 septembre dernier, «Dans le contexte difficile que nous avons connu, en particulier dans le secteur du tourisme et des loisirs, nous avons plutôt des résultats qui montrent une très bonne résistance», a indiqué Franck Silvent. «Les résultats opérationnels baissent un peu, mais de manière très limitée puisque les impacts de la baisse d’activité, qui est surtout concentrée sur les Parcs de loisirs, ont été en grande partie atténués par une réactivité particulière en matière de maîtrise des coûts», a précisé le directeur général délégué. Le chiffre d’affaires annuel a crû de 3,6% à périmètre réel grâce à l’acquisition des Deux Alpes Loisirs, mais a baissé de 3,1% à périmètre comparable. L’excédent brut opérationnel a progressé de 0,8% à périmètre réel mais a reculé de 6% à périmètre comparable.

En matière de perspectives pour l’exercice 2010-2011, Compagnie des Alpes préfère rester prudent, notamment du fait du renforcement du phénomène des réservations de dernière minute dans les domaines skiables. Toutefois, avec les importantes chutes de neige de ces dernières semaines, «les ambiances dans les offices de tourisme, chez les hébergeurs et dans les écoles de ski, sont plutôt optimistes», a indiqué Franck Silvent, espérant que cet optimisme sera matérialisé dans les faits.

Pour les Parcs de loisirs, à ce stade de l’exercice, il est trop tôt pour faire des prévisions. Néanmoins, il y aura des «facteurs favorables» avec la réouverture de l’Aqualibi en Belgique, soit du chiffre d’affaires additionnel, ainsi qu’un nombre plus important que les années précédentes «de nouveautés et d’éléments d’attractivité», avec l’ouverture du Café Grévin, de nouvelles attractions dans plusieurs parcs, la relance de la marque Walibi. La politique d’investissement et la stratégie de CDA ont beaucoup évolué depuis deux ans, en rendant le portefeuille d’actifs «plus cohérent», faisant des acquisitions stratégiques et cédant ce qui ne l’était pas, mais aussi en investissant davantage dans l’outil industriel.

Ce jeudi vers 14h30, le titre Compagnie des Alpes perdait 2,60%, à 22,83 euros, à la bourse de Paris. Hier, le titre avait déjà cédé 1,68%.


Claire Lavarenne

Publié le 16 Décembre 2010