Espace Tourisme - News, articles, interviews et dossiers

Tourisme : Les groupes français mettent le paquet sur l'Asie

Tourisme : Les groupes français mettent le paquet sur l'Asie

(Easybourse.com) Club Méditerranée craint pour ses villages en Tunisie et en Egypte, du fait des troubles politiques et sociaux actuels. A côté de cela, l'Asie ressort d'autant plus comme la zone à conquérir afin de bénéficier de relais de croissance plus stables en matière de tourisme.

À lire dans ce dossier.

En 2005, plus de 90% des groupes hôteliers implantés dans la zone Asie-Pacifique étaient des groupes locaux. Restait donc une place à prendre pour les groupes européens ou américains du secteur du tourisme. Les deux poids lourds français du tourisme, Club Méditerranée et Accor ne s'y sont pas laissés trompés. L'un comme l'autre ont décidé de mettre l'accent sur leur développement en Asie, et plus particulièrement en Chine. Entre la première ouverture d'une station Club Med en Chine en 2010, et Accor qui annonce un chiffre record en matière d'expansion en Asie-Pacifique, la couleur est annoncée.

A fin juin 2010, le groupe hôtelier Accor disposait de 411 hôtels (soit près de 10% du parc hôtelier total) et près de 80 000 chambres (soit 16% des chambres totales) dans la zone Asie-Pacifique, dont 270 hôtels haut et milieu de gamme (dont 112 Mercure avec 16 500 chambres et 82 Novotel avec 19 500 chambres), ainsi que 141 hôtels classe économique (dont 83 Ibis avec 15 600 chambres). Au total dans le monde, Accor est présent dans 90 pays avec 4 200 hôtels et plus de 500 000 chambres. En 2010, l'activité en Asie-Pacifique a connu une croissance de 15,5% dans les hauts et milieux de gamme et de près de 12% pour les économiques.

Le groupe hôtelier a également annoncé qu'en 2010 il a signé «plus de 70 nouveaux contrats de développement en Asie Pacifique qui enrichiront le réseau de plus de 16 000 chambres supplémentaires», soit un chiffre record qui «conforte la position du groupe au rang de premier opérateur hôtelier en Asie Pacifique». Ce qui laisse présager de nombreuses ouvertures d'établissements cette année, la politique d'expansion dans cette zone étant au cœur de la stratégie du groupe. Sur la période 2010-2015, le plan de développement prévoit un investissement d'environ 300 millions d'euros pour l'ouverture de 350 hôtels.

La Chine et l'Inde en ligne de mire

L'un des axes principaux de la stratégie du groupe est l'accélération du développement dans les émergents, avec un focus sur l'Inde et la Chine, et la poursuite de son «développement en Indonésie, en Thaïlande et au Vietnam où il occupe déjà une position de leader». En 2010, le groupe a ouvert 41 nouveaux établissements (soit plus de 7000 chambres). «Dans cette région, le groupe applique sa stratégie d'Asset Right, réalisant des investissements ciblés sur le segment économique, notamment en Chine et en Inde, et concluant des contrats de gestion en management sur la plupart des autres marchés. En Australie, marché mature, Accor privilégie une expansion par le biais de franchises», a précisé Michael Issenberg, directeur général opérationnel Accor Asie et Pacifique.

Pour cette année, Accor prévoit l’ouverture de l'Hôtel de l'Opéra de Hanoi, au Vietnam, ainsi que le lancement des marques Pullman en Nouvelle Zélande et au Vietnam, et Sofitel et Pullman en Inde. En Chine, le groupe français possède déjà près de 100 hôtels, une quarantaine en Thaïlande comme en Indonésie, mais seulement une douzaine au Vietnam et 8 en Inde.

La Chine devrait être le deuxième marché de Club Med d'ici 2015

De son côté, Club Méditerranée a ouvert à la fin de l'année 2010 son premier village en Chine, situé dans la station de ski Yabuli, au nord-est de la Chine dans la province du Heilongjiang. Dans le cadre de sa stratégie de recentrage de ses activités sur du haut de gamme (villages 4 et 5 Tridents), ce nouveau village prend place au sein d'un parc hôtelier de luxe. Ce village représente pour le Club Méditerranée «la première étape d'un projet d'expansion en Chine qui prévoit la création de quatre autres villages et 200 000 clients à l'horizon 2015 (en 2010, 32 000 Chinois et 60 000 avec la Grande Chine), avec l'appui de son partenaire chinois Fosun, qui détient aujourd'hui près de 10% de son capital. Le Club Méditerranée ambitionne ainsi de devenir le leader des vacances tout compris haut de gamme de la clientèle Chinoise». D'ici à cinq ans, le groupe français a l'intention de faire de la Chine l'un de ses tout premiers marchés.

«Avec une croissance de plus de 40% sur 2010, la Chine devrait être comme prévu le deuxième marché du groupe d'ici 2015 avec l'ouverture de 5 villages et le support de notre nouvel actionnaire Fosun», a indiqué Henri Giscard D'Estaing, PDG de Club Med, lors de la publication des résultats 2009-2010. Le Club Méditerranée dispose d'une petite dizaine de villages de vacances en Asie-Pacifique (deux en Indonésie, un en Chine, deux aux Maldives, deux au Japon, un en Malaisie, un en Thaïlande, un en Australie), sur un total de 75 villages dans le monde. En 2010, le chiffre d'affaires réalisé en Asie a représenté 14% du chiffre d'affaires total qui a atteint 1,35 milliard d'euros.

Prudence en Afrique du Nord

En janvier, la situation politique et sociale s'est d'abord tendue en Tunisie puis en Egypte. Accor s'est dit «vigilant» sur la situation égytienne, où il exploite 18 hôtels, et a commencé à rassembler ses expatriés pour les rapatrier en France. Le groupe hôtelier avait déjà quitté la Tunisie il y a deux ans, après y avoir perdu 25 millions d'euros, a indiqué Gérard Pélisson, cofondateur du groupe. Pour sa part, Club Med dispose de cinq villages en Tunisie, dont quatre n'ouvrent qu'en avril. Celui de Djerba La Douce fonctionne partiellement en hiver, mais a été fermé jusqu'à fin janvier en raison des troubles. Club Méditerranée, qui possède trois villages de vacances en Egypte, a proposé «par mesure de précaution à ses clients d'anticiper leur retour» d'Egypte, en affrétant des vols spéciaux.

L'impact de ces tensions se fait également ressentir sur le cours de bourse de certaines valeurs liées au secteur du tourisme. Ainsi, ce lundi, le titre Club Med a chuté de 4,26%, à 16,75 euros, après un recul de 1,38% vendredi dernier. Le titre Accor a perdu 1,32% jeudi dernier, puis 0,22% vendredi, et 0,30% ce lundi, à 33,40 euros.

Claire Lavarenne

Publié le 01 Février 2011