Espace Tourisme - News, articles, interviews et dossiers

Tourisme mondial : l'Asie, nouveau centre de gravité

Tourisme mondial : l'Asie, nouveau centre de gravité

(Easybourse.com) Alors que les troubles se multiplient dans plusieurs pays d'Afrique du Nord, le vent semble tourner en faveur de l'Asie pour les acteurs du secteur du tourisme. La Chine est ainsi au cœur de la stratégie de développement de ces derniers.

Outre le fait que la plupart des pays de la zone Asie-Pacifique connaît une forte croissance, ils représentent des destinations de plus en plus courues par les touristes internationaux mais surtout un réservoir de tourisme régional. Selon les données de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), la zone Asie-Pacifique représentait en 2008 près de 20% des arrivées de tourisme par origine géographique, derrière l’Europe - qui en rassemble plus de la moitié. Les Amériques arrivent en troisième position (16%), suivies du Moyen Orient (6%), et de l'Afrique (5%).

En termes de recettes au titre du tourisme international selon l'origine géographique, en 2008, l'Europe en représentait la moitié, la zone Asie-Pacifique plus de 20%, les Amériques près de 20%, le Moyen Orient près de 5%, et l'Afrique plus de 3%. D'après l'OMT, l'Asie a été la première région à se remettre de la crise de 2009 et a connu une croissance de 13% des arrivées de touristes internationaux en 2010, avec un nouveau record de 204 millions, contre 181 millions en 2009. La croissance devrait se poursuivre pour le secteur du tourisme en 2011 mais à un rythme plus lent, soit une croissance mondiale des arrivées de touristes internationaux de l'ordre de 4% à 5% en 2011 (+6,7% en 2010), selon l'OMT.

La Chine, nouveau centre de gravité du tourisme mondial en devenir

Le poids lourd de l'Asie en matière de tourisme reste la Chine, ne serait-ce que par l'ampleur de sa population (1,33 milliard d'habitants en 2009), mais aussi par l'attractivité qu'elle représente pour le tourisme des Asiatiques. Fait marquant, la Chine est devenue la troisième destination touristique internationale (près de 56 millions d'entrées touristiques, contre 51 millions en 2009) en 2010, passant devant l'Espagne, et restant pour l'instant derrière la France (79 millions) et les Etats-Unis (61 millions), d'après l'OMT. Dans la zone Asie-Pacifique, la Chine est largement devant les autres destinations (24 millions d'entrées touristiques en Malaisie en 2009, 17 millions à Hong Kong, suivis de la Thaïlande, la Corée du Sud, Singapour, le Japon, l'Indonésie, et l'Australie).

«Le centre de gravité [du tourisme mondial] est en train de se déplacer vers la Chine, mais aussi vers l'Asie en général», avait indiqué en décembre dernier le secrétaire général de l'OMT, Taleb Rifai. «D'ici 2020, la Chine sera numéro un comme destination», mais aussi par le nombre de touristes nationaux partant à l'étranger, avait-il ajouté.

Depuis le début des années 2000, le nombre de touristes internationaux chinois n'a cessé d'augmenter mais une majorité reste en Asie. Ainsi, au milieu des années 2000, 70% de ces touristes allaient à Hong Kong et Macao, puis majoritairement au Japon, en Corée du Sud, et en Asie du sud-est. Le tourisme des étrangers en Chine est également un phénomène essentiellement asiatique, avec plus de la moitié venant de Hong Kong, Macao et Taiwan, les autres touristes asiatiques représentant plus du quart du total des touristes internationaux, l'Europe 10,2%, les Amériques 4,6% et l'Océanie-Afrique 1,7%, en 2005.

Le tourisme affecté en Afrique du Nord

Selon les données d'ADP (Aéroports de Paris), gestionnaire des aéroports parisiens, entre 2009 et 2010, le trafic passagers avec la zone Asie-Pacifique a progressé de 2% (contre une moyenne globale de +0,4%), se situant parmi les destinations en plus forte hausse. La part de l'Asie dans le trafic total a atteint 6,3%, soit la troisième destination (hors Europe), après l'Afrique et l'Amérique du Nord.

Les soulèvements populaires qui ont embrasé une partie de l’Afrique du Nord devraient jouer en faveur de la zone Asie. Après la Tunisie, c'est au tour de l'Egypte de connaître de fortes turbulences. Ainsi, la plupart des vacanciers français en Egypte devrait être rapatriée en France d'ici à la fin de la semaine, selon l'Association des tour-opérateurs français (Ceto). De nombreux voyagistes européens ont suspendu les départs prévus pour l'Egypte, suivant la recommandation des autorités. Non seulement les vacanciers français rentrent en France, mais ils pourraient ne pas y retourner avant un moment. Cet impact sur le tourisme en Afrique du Nord pourrait bénéficier en partie au tourisme en Asie, ce qui renforcerait sa position de nouveau centre de gravité du tourisme mondial.

C.L.

Publié le 01 Février 2011