Espace Tourisme - News, articles, interviews et dossiers

Air France cherche son second souffle

Air France cherche son second souffle

(Easybourse.com) En pleine tourmente, la compagnie aérienne Air France doit présenter à la mi-janvier un premier train de mesures urgentes visant à redresser ses comptes. Retour sur les enjeux et défis que la société devra relever cette année...

Le trou d'air traversé par Air France KLM s'est soldé en apothéose peu glorieuse par le départ précipité du PDG du groupe Air France KLM, Pierre-Henri Gourgeon, le 17 octobre dernier. En remplacement, le conseil d'administration réuni exceptionnellement à cette occasion, a choisi Jean-Cyril Spinetta comme PDG du groupe et nommé d'Alexandre de Juniac à la tête d'Air France.

Leur objectif est désormais clair, redresser les comptes d'une société dont les pertes avoisineraient les 300 millions d'euros en 2011 selon l'audit du cabinet Secafi, et même 396 millions d'euros si l'on en croit les prévisions des analystes de Crédit Suisse. Lesquels, d'ailleurs, prévoient 803 millions d'euros de pertes d'exploitation pour 2012.

En septembre 2011, la direction du groupe avait annoncé rechercher entre 700 et 800 millions d'euros d'économies étalées sur trois ans, mais il lui faudra faire davantage étant donnée que la situation s'est encore dégradé depuis.

Pour mémoire, le trafic passagers a certes progressé de 7,5% sur le mois de décembre, mais comme le soulignent les analystes de Crédit Suisse, "il a bénéficié d'une base de comparaison favorable (le coefficient d'occupation gagnant seulement 1 point, à 81,5%)" tandis que dans l'activité cargo, le trafic a reculé de 0,3% pour des capacités en hausse de 0,1% (le coefficient de remplissage a donc légèrement reculé, à 68,1%). Au total, "le prix par passager à taux de change constants est resté stable (en légère hausse en glissement annuel en novembre), tandis que le prix du fret était de nouveau en baisse en glissement annuel, quoique sensiblement."

Pour les experts de Crédit Suisse, le nouveau management devra relever trois défis majeurs: "revoir rapidement à la baisse le plan d'augmentation des capacités pour 2012 d'environ 3% afin d'éviter une perte d'exploitation significative" -Air France-KLM vient néanmoins de confirmer l'achat, déjà annoncé en septembre, de 25 Boeing long-courriers 787-9- ; "réduire le plan des dépenses d'investissement de capital [Capital expenditures (CAPEX)] actuellement d' 1,3 milliard d'euros" et enfin "profiter de perspectives peu favorables pour s'attaquer aux coûts fixes".

Il y a donc fort à parier que le premier volet du plan d'austérité que doit présenter Air France-KLM cette semaine fasse la part belle aux coupes brutales de dépenses, notamment en termes de fonctionnement (déplacements, etc.), l'objectif de la direction étant limpide sur ce point : "stopper l'hémorragie" de trésorerie qui mine les comptes du groupe.

Quant à la question salariale, même si Alexandre de Juniac a indiqué qu'il s'agissait d'"une mesure de dernier recours", la plupart des experts estiment que les départs naturels observés chaque année (620 personnes en 2010) ne suffiront pas à réduire significativement la masse des effectifs [58 000 salariés au total] en cas de gel des embauches.

Parmi les pistes envisageables à court terme: la fermeture de certaines lignes en Europe dont les fréquences sont élevés malgré un faible remplissage. D'autant que la compagnie est déjà durement concurrencé sur son réseau domestique par les compagnies à bas prix et sur les long-courriers par les compagnies asiatiques ou du Golf.

Au total, s'il apparait urgent d'engager des mesures de réorganisation drastiques, il reste cependant délicat de mener ces opérations dans le contexte actuel. Les analystes de Crédit Suisse le soulignent en effet, "une restructuration complète du groupe semble peu probable avant l'élection présidentielle française de mai". Aussi prévoient-ils, "que le temps de mise en œuvre des mesures de réorganisation nécessaires pour renouer avec les bénéfices génèrera des incertitudes sur toute l'année 2012".

A Paris, ce mercredi 11 janvier vers 16h30, le titre Air France-KLM prenait 1,67% à 3,957 euros dans un marché en repli de 0,36%.
-

Publié le 11 Janvier 2012