EasyBourse
Le courtier en ligne
de la Banque Postale

DJ30 :

Nasdaq :

Nikkei :

Brent :

CAC40 :

€/$ :

Or :

Grèce : la solution inédite des banques françaises, une fausse bonne idée ?

Grèce : la solution inédite des banques françaises, une fausse bonne idée ?

(Easybourse.com) Le journal Le Figaro, nous apprenait hier que les banques françaises réfléchissaient à une nouvelle proposition pour tenter de dénouer la crise grecque. Un groupe de travail mené par BNP Paribas proposerait ainsi de ne réinvestir que dans 70% des dettes grecques qui arrivent à échéance dans les trois années à venir. Dans ces 70%, 50% des investissements seraient orientés vers de nouveaux prêts d'une maturité de 30 ans.

«Cette proposition rappelle une initiative prise en 1989 pour permettre aux pays d’Amérique du sud de refinancer leur dette. Ces pays avaient pratiquement tous fait défaut au milieu des années 80. Les créanciers qui détenaient des titres de dette de ces pays pouvaient alors les échanger contre des emprunts à 30 ans garantis par les Etats-Unis» commentait ce matin sur BFM Marc Fiorentino, président d’Euroland Finance.

Dans le cadre de l’initiative de 1989, les créanciers avaient accepté d’abandonner plus de 50% de leurs créances en échange des obligations garanties. La proposition des banques françaises pourrait donner lieu au même schéma. Les créanciers de la Grèce pourraient être amenés à consentir un abandon de 30 à 40% de leur dette en échange d’obligations garanties par l’Union européenne.

De cette manière, le poids de la dette pour la Grèce serait ainsi allégé. «Serait surtout allégé l’ampleur des pertes pour les banques» souligne Marc Fiorentino. Pour ce dernier, le dispositif suggéré par les banques françaises permettrait une fois de plus de protéger en premier lieu les institutions bancaires. «Celles-ci repousseraient le problème ad vitam eternam et éviteraient d’endosser des pertes encourues».

Côté placements, si ce dispositif a priori favorable aux banques est effectivement mis en place, il conforterait les experts qui estiment que les points d'entrées sur les grandes institutions bancaires sont plus qu'intéressants, tant sur le crédit que sur les actions, compte tenu de leur faible niveau de valorisation.
 

Imen Hazgui

Publié le 28 Juin 2011

Copyright © 2014

Derniers commentairesAccès aux forums

Rogerh a dit:

J'ai oublié de préciser: Les banques en cas de défaut perdraient 30 à 50 %; or le défaut est certain si elles ne proposent aucune solution. Cette solution permet de garantir 50 % et de reporter une perte de 50 % amortissable sur 30 ans. CQFD

Rogerh a dit:

Marc vient de découvrir la samaritaine. C'est tellement évident.

a la une

interview

Expert
Dominique Barbet : Responsable de la recherche économique de marché Dominique Barbet,
Responsable de la recherche économique de marché BNP PARIBAS
« Le ralentissement de l'Allemagne ne signifie pas nécessairement le ralentissement de la zone euro »

dossier

Le PEA-PME, un produit de niche?

Le PEA-PME, un produit de niche?

(Easybourse.com) Depuis son lancement en début d'année, le PEA-PME connaît un... suite

Les dernières tendances

Paris

CAC 40: hausse modérée, sous la résistance des 4390 points.

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris progresse modérément mercredi en début de séance, le marché continuant de surfer sur les rachats... 23/07 - 10h35
suite...

Wall Street

Wall Street finit en légère hausse

par Rodrigo Campos NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini en légère hausse mardi, soutenue par l'espoir d'un apaisement des... 22/07 - 22h35
suite...

Tokyo

La Bourse de Tokyo finit en très légère baisse

TOKYO (Reuters) - La Bourse de Tokyo a fini en petite baisse de 0,1% mercredi, les investisseurs jouant la carte de la prudence dans un contexte... 23/07 - 08h17
suite...

Devises

CHANGES: Le marché est peu actif avant le PIB des Etats-Unis

Les marchés des changes montrent des signes de nervosité vendredi en... 28/01 - 14h13
suite...

Mat. 1ères

Le pétrole reste abondant, des risques sur l'approvisionnement

La production de pétrole dans le monde serait suffisante pour satisfaire une demande en augmentation mais l'approvisionnement demeure menacé au... 11/07 - 11h27
suite...

Taux

Le taux de chômage au sens du BIT tombe à 6,5% au Royaume-Uni

Le nombre de demandeurs d'emploi a diminué plus que prévu en juin au Royaume-Uni et le chiffre de mai a également été revu en baisse,... 16/07 - 11h21
suite...