Le ministre de l'Industrie, Eric Besson, s'est félicité jeudi du « succès intégral » de l'appel d'offres pour les licences de téléphonie mobile 4G (de quatrième génération ), dont le montant tournerait autour de 3,5 milliards d’euros.

«C'est un succès intégral puisque nous attendons un milliard d'euros de recettes supplémentaires par rapport aux 2,5 milliards initialement prévus», a déclaré M. Besson lors d’une visite dans les locaux du site d'e-commerce Pixmania.. L'Autorité des télécoms, l'Arcep, qui doit dévoiler ce soir le résultat du second tour d’enchères, n'a pas souhaité commenter les déclarations du ministre.

En septembre, lors du premier tour d'enchères pour les fréquences dites hautes et situées sur la bande des 2,6 GHz (gigaHertz), les opérateurs Orange, SFR, Bouygues Télécom et Free avaient mis sur la table un total de 900 millions d’euros. Les quatre autres lots de fréquences, basses, situées sur la bande des 800 MHz -dites également "fréquences en or" étant donné leur rareté et donc leur prix- ont été mis à prix 1,8 milliard d'euros par l'Etat. Si M. Besson dit attendre un total d'un milliard de recettes supplémentaires, c'est donc que l'attributation des "fréquences en or" générerait un total de 2,6 milliards d'euros de recettes, contre 1,8 milliard attendu.

La 4G, appelée à remplacer progressivement l'actuelle 3G, va permettre d'avoir depuis son mobile un débit équivalent à celui dont un foyer dispose actuellement depuis sa ligne fixe internet très haut débit. Il est donc vital pour les grands opérateurs de détenir ces licences d'exploitation qui leur permettront d'aller dans le sens du marché et l'engouement pour les smartphones.

Vers 15h20, l’action France Télécom empoche 0,3% sur un marché en hausse de 1,3%. Bouygues s’adjuge 1% tandis qu’Iliad (Free) recule de 0,1%.