Alors que la crise du logement frappe de plus en plus de Français, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) a annoncé jeudi une chute des ventes de logements neufs au premier trimestre, signe que « la crise s’aggrave », selon son président Marc Pigeon.

« La chute des ventes réalisées par les promoteurs est de 25% au premier trimestre par rapport au même trimestre de 2011 et de 39% par rapport aux trois premiers mois de 2010 », a affirmé M. Pigeon lors d’une conférence de presse. De son côté, l'Union des maisons françaises (UMF) a recensé une baisse de 17% des ventes de maisons individuelles au premier trimestre « et la chute a l’air de s’accentuer depuis avril ».

Toutes les régions sont concernées, y compris l’Ile-de-France où les ventes de logements neufs ont baissé de 21% sur les trois premiers mois de l’année. Principale raison de ce ralentissement, la baisse des aides au secteur, notamment le dispositif Scellier devenu moins avantageux pour les investisseurs, mais également la restriction du prêt à taux zéro à certaines catégories de logements et certaines zones géographiques. Avec la crise, les ménages sont devenus moins solvables tandis que les prix des constructions, eux, ont continué à augmenter (+4,4% en moyenne pour les appartements).

Nouvelles mesures de soutien?

La FPI table désormais pour l'ensemble de l'année 2012 sur une chute de 25% des ventes de logements, ce qui devrait également se traduire par une baisse des mises en chantier. Ces dernières ont déjà dégringolé de 12,9% au premier trimestre, comparé à la même période en 2011, et pourraient tomber à moins de 350 000 sur l'ensemble de l'année, le plus bas niveau depuis 2004, à l'exception de la catastrophique année 2009.

« On attend avec impatience les dispositions qui pourraient être annoncées pour atteindre l'objectif fixé par François Hollande de construction de 500 000 logements neufs par an », a commenté Guy Portmann, vice-président de la FPI. Selon Christian Louis-Victor, président de l’UMF, « il faut recentrer les aides sur les classes moyennes et les primo-accédants à l'aide du Prêt à taux zéro (PTZ) plutôt que sur les riches ».

Pour l’heure, le président élu n’a pas donné d’indications sur une réforme des aides à l’accession. Il entend en revanche faciliter la construction de logements sociaux grâce au doublement du plafond du livret A et à la cession par l’Etat d’un certain nombre de terrains constructibles.