Le 27 janvier 2012, le groupe Roche lance une offre de rachat sur la société de biotechnologie américaine, Illumina, en proposant un prix par action de 44,50 dollars.

Cette nouvelle acquisition convoitée s’inscrit alors dans une optique stratégique pour le laboratoire suisse, Illumina étant spécialisée dans la fabrication d’équipements qui décodent entièrement le génome humain.

Face au refus de la direction d’Illumina de répondre favorablement à cette offre, Roche décide de renchérir son prix d’achat à 51 dollars par action, ramenant ainsi le coût global de l’opération à 6,7 milliards de dollars.

Cette surenchère n’a cependant pas conduit les personnes à la tête de la petite société américaine basée à San Diego à modifier leur point de vue, considérant que la société vaut bien davantage.
Lundi, les prévisions de chiffre d’affaires pour le premier trimestre d’Illumina ont été établies au dessus du consensus des analystes, et l’estimation de bénéfice a été fixée au-delà des anticipations du marché.

Aujourd’hui, le CEO de Roche, Severin Schwan explique qu’il n’y a aucune raison légitime à ce que les responsables actuels d’Illumina refusent d’entamer des discussions.
«L’offre proposée par le groupe est très attractive. En refusant de s’engager dans des négociations avec Roche, Illumina renforce le sentiment que son conseil de direction et son conseil d’administration sont déterminés à maintenir leur position plutôt que de maximiser la valeur aux actionnaires».

M Schwan a appelé les actionnaires d’Illumina a faire pression sur celle-ci pour lui faire changer d’avis.
Une manière de le faire serait que ces derniers votent pour l’élection de directeurs partisans de ce deal lors de la prochaine assemblée générale qui devrait se tenir le 18 avril.