Espace Communication - News, articles, interviews et dossiers

Interview de Jean-Charles Decaux : président du directoire de JCDecaux

Jean-Charles Decaux

président du directoire de JCDecaux

JCDecaux démontre que l’on peut être une société de croissance tout en versant un dividende

Publié le 13 Septembre 2006

Un commentaire sur les résultats semestriels que vous venez de publier ?
Nous sommes très satisfaits de publier d’excellents résultats pour le premier semestre 2006. Ces chiffres reflètent l’expertise et l’implication de nos équipes à travers le monde. Nous leur devons la très bonne performance opérationnelle de chacune de nos activités. Les effets conjugués de la croissance interne solide de notre chiffre d’affaires et de la contribution des sociétés acquises en 2005 ont généré une progression à deux chiffres de nos marges.

Ces derniers mois, dans le cadre de notre stratégie de développement sur les marchés émergents, nous nous sommes implantés avec succès en Chine, en Inde, en Ukraine, en Russie et en Ouzbékistan, posant ansi les bases de notre croissance future. En seulement trois ans, la part des marchés émergents dans le chiffre d’affaires total du groupe a plus que doublé pour atteindre 15%.

Vous avez récemment indiqué que la croissance interne devrait dépasser les 6% en 2006; dans quelle proportion?
La forte progression du chiffre d’affaires Transport, le rebond du marché publicitaire en France et la bonne performance de nos opérations en Amérique du Nord et en Asie-Pacifique devraient continuer à soutenir la croissance interne du chiffre d’affaires publicitaire en 2006, qui dépasserait ainsi 6 % et les estimations de croissance du marché publicitaire mondial pour l’année. Je ne peux vous en dire plus à ce jour.

Comment voyez vous évoluer vos résultats sur cette période ?
Comme vous le savez, le groupe ne donne pas de guidance autre que celle concernant le chiffre d’affaires.

JC Decaux a été retenu pour un contrat exclusif de 25 ans en Ouzbékistan; qu’attendez-vous de ces nouveaux marchés émergents d’Asie Centrale ?
Nous avons franchi une nouvelle étape dans le cadre de notre expansion internationale avec la signature de ce contrat exclusif de Mobilier Urbain publicitaire avec la ville de Tachkent. D’une durée de 25 ans, il porte sur l’exploitation, entre autres, d’abribus, de colonnes téléphones et de mobiliers d’information.

Avec ses 2,1 millions d’habitants, Tachkent, capitale de l’Ouzbékistan (26 millions d’habitants) est la plus grande ville d’Asie Centrale. Elle devient notre vitrine pour l’Asie Centrale, région qui, avec l’Ouzbékistan et ses voisins, notamment le Kazakhstan, constitue une zone de nouveaux marchés émergents en pleine croissance dont le rôle dans l’économie mondiale sera de plus en plus important.

Nous comptons y poursuivre notre développement tout comme dans les autres pays émergents qui, je le soulignais précédemment, ont vu en seulement trois ans leur part dans le chiffre d’affaires total du groupe plus que doubler pour atteindre 15%.

Avez-vous déjà profité des investissements réalisés en 2005 en Asie ?
Oui, nous profitons principalement des investissements réalisés en Chine qui commencent à porter leurs fruits. Ainsi la marge opérationnelle du segment Transport, qui est en hausse de 186,3 % au 1er semestre , bénéficie de la contribution des sociétés chinoises acquises en 2005, dont les marges sont supérieures à la marge moyenne de ce segment.

Votre groupe a remporté l’appel d’offre pour la reprise de la société berlinoise VVR-Berek. Qu’espérez-vous de cette opération ?
VVR-Berek*, une des plus importantes sociétés de communication extérieure à Berlin est un actif unique et stratégique qui va permettre à JCDecaux de renforcer sa position de n° 1 du Mobilier Urbain, avec une présence dans les quatre premières villes allemandes (Berlin, Hambourg, Munich et Cologne) et d’étendre son portefeuille de contrats Transport, offrant ainsi aux annonceurs des campagnes publicitaires à l’échelle nationale.

* La conclusion de la transaction reste conditionnée à son approbation par les autorités allemandes de la concurrence.

En matière d’acquisitions ciblées, vers quelles autres zones géographiques vos regards se tournent t-ils ?
Nous sommes susceptibles de nous renforcer sur toutes les zones géographiques et dans tous les pays où nous opérons déjà par le biais d’acquisitions ciblées ou de partenariats. Nous étudierons au cas par cas les opportunités qui s’offriront à nous.

Quelle enveloppe envisagez-vous de consacrer à la croissance externe ?
Nous n’avons pas d’enveloppe à proprement parler. JCDecaux se caractérise par une politique pragmatique en matière de croissance externe, celle-ci se construisant grâce à notre capacité à saisir les opportunités qui se présentent à nous.

L'année 2008 s'annonce sous de bons auspices avec la tenue des Jeux Olympiques à Pékin. Êtes-vous bien positionné pour cet évènement planétaire et quelles retombées en attendez-vous?
En tant que numéro 1 de la communication extérieure sur le marché chinois, nous sommes particulièrement bien positionnés pour profiter pleinement du plus grand événement sportif de la planète. Nous prévoyons d’ailleurs que les JO auront un impact positif sur nos réseaux publicitaires en Chine mais certainement aussi dans les autres pays de la zone Asie.

Nous pensons également que cela va être une formidable incitation à se moderniser, et par conséquent à s’équiper en Mobilier urbain, pour les villes chinoises. Nous travaillons activement à les accompagner dans ce processus sans précédent.

Mettrez-vous l’accent sur les supports interactifs ? Quid des activités de JC Decaux Innovate ?
JCDecaux a toujours eu pour stratégie d’être l’acteur le plus innovant de son secteur. Ce positionnement de pionnier nous a conduit à introduire très tôt le digital et l’interactivité dans nos réseaux. Ainsi, le digital est présent depuis plusieurs années avec Aéo, la chaîne que nous avons créé avec Aéroports de Paris. Cette évolution se traduit également par, entre autres, les écrans Magink que nous avons installés à Cannes au printemps dernier. La révolution numérique, quant à elle, est en marche mais ne se fera pas sans l’adhésion du public. C’est pourquoi nous veillons à ce que nos mobiliers intelligents ne dialoguent qu’avec les individus qui le souhaitent et ne soient jamais intrusifs. Par exemple, JCDecaux Innovate en Espagne a installé en mars 2006 à Madrid une bâche qui permettaient aux passants qui le souhaitaient de télécharger gratuitement les photos de la campagne Motorola sur leurs téléphones portables. Grâce à la technologie Bluetooth, plus de 1200 téléchargements par jour ont été comptabilisés.

En France, JCDecaux Innovate a été primé aux «Trophées de l’innovation marketing 2006» pour le lancement mondial de la console Xbox 306 de Microsoft. En équipant certains de nos abribus d’écrans TFT haute définition et de liaison Wifi pour permettre la connection des manettes, nous avons permis à plus de 4 000 personnes de tester ce nouveau produit en une semaine. Ces exemples démontrent la créativité de JCDecaux Innovate qui se déploie dans les différents pays du Groupe avec un succès grandissant.

JCDecaux briguera la gestion de la publicité des 2 500 cabines téléphoniques de la ville de New-York en 2008.

Quel est l’ordre de grandeur de ce contrat et quelle est votre stratégie pour réussir sur le marché américain?
A ce stade, je ne souhaite pas commenter cette information. Notre stratégie sur le marché nord-américain est de poursuivre notre développement organique dans le Mobilier Urbain et les aéroports et d’améliorer, par la même, la qualité de nos réseaux dans ces secteurs. Si d’autres opportunités se présentaient, il est évident que JCDecaux les étudierait très attentivement. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’au 1er semestre, notre chiffre d’affaires en Amérique du Nord a progressé de 37,8%, ce qui en fait une des régions du groupe en plus forte croissance.

Un rapprochement avec Viacom ou ClearChannel constituerait un avantage décisif. Estimez-vous qu’une telle fusion est envisageable à court-moyen terme?
Un rapprochement avec l’un ou l’autre des opérateurs américains pourrait constituer un avantage très significatif, notamment pour optimiser notre couverture géographique sur les grands marchés mondiaux, et, par conséquent, renforcer l’attractivité du média affichage auprès des grandes agences média et des annonceurs internationaux.

De manière plus générale, votre famille serait-t-elle alors disposée à se laisser diluer dans le capital en cas d’opération majeure ?
Oui, mais, comme nous l’avons déjà dit, cela ne se fera pas à n’importe quelles conditions.

Quelle sera votre politique en matière de dividende cette année ?
Nous nous engageons à verser un dividende chaque année car notre groupe génère un cash flow opérationnel important et notre bilan est particulièrement solide : nous pouvons ainsi à la fois rémunérer nos actionnaires et investir dans des projets de croissance interne et externe. Je me réjouis que JCDecaux démontre que l’on peut être une société de croissance tout en versant un dividende.

Le mot de la fin pour vos actionnaires.
Merci à tous nos actionnaires et tout particulièrement à ceux qui nous ont fait confiance dès 2001. Depuis son introduction en Bourse, le titre a progressé de 32,3%, réalisant ainsi une des meilleures performances du secteur des médias. Notre engagement et notre détermination à poursuivre notre croissance rentable sont plus forts que jamais.

laetitia

OK, tout accepter
Fermer