Espace International - News, articles, interviews et dossiers

Interview de Mirela Agache : Directeur adjoint de la gestion LBPAM

Mirela Agache

Directeur adjoint de la gestion LBPAM

LBPAM enrichit sa gamme de fonds flexibles

Publié le 04 Juillet 2016

La Banque Postale Asset management (LBPAM) a lancé mi-mai deux solutions d'investissement à destination du grand public. La première, LBPAM Stratégie PEA, est une gamme de fonds actions éligibles au PEA. La seconde, LBPAM Allocation Flexible s'adresse aux détenteurs de comptes-titres ordinaires. Quels sont les points communs de ces deux solutions?
Il y a un ADN commun à ces deux solutions. La réactivité, la flexibilité de la gestion et l’absence de benchmark. S’affranchir du benchmark dans un cadre où le gérant a des marges de manœuvre très importantes et des instruments de gestion pour être très réactif, c’est un cadre de gestion très puissant pour aller chercher les opportunités, là où elles se présentent. Cette recherche d’opportunités va également se faire dans un cadre de risque maîtrisé, au cœur des processus d’investissement qui ont été spécialement créés pour cette offre.

Qu'est-ce qui distingue les 3 fonds de la gamme LBPAM Allocation Flexible?
Ces trois fonds se différencient par leur profil de risque. Sur une échelle de risque et de rendement vous trouvez des fonds monétaires qui sont peu risqués mais qui aujourd’hui offrent des performances légèrement négatives et à l’opposé du spectre vous allez trouver les fonds investis à 100 % actions, potentiellement les plus performants mais aussi les plus risqués. Les fonds LBPAM Allocation Flexible 1, 2 et 3 sont des solutions intermédiaires entre ces deux propositions extrêmes. Néanmoins, les fonds supportent un risque de perte en capital.

Quels sont les points forts de ces trois FCP?

D’abord la diversification. Notre objectif est d’aller investir sur une grande palette de classes d’actifs. Nous avons à notre disposition 17 classes d’actifs et la possibilité d’investir sur toutes les zones géographiques. Nous pouvons par exemple aller sur les actions, en Europe, aux Etats-Unis, Japon, pays Emergents, immobilier coté, obligations d’états ou d’entreprises, obligations convertibles, inflation, matières premières, en excluant bien sûr les matières premières agricoles. Et donc ce grand choix, cette grande palette donne la capacité d’aller chercher les opportunités de rendement. La gestion étant discrétionnaire, il existe un risque que les fonds ne soient pas exposés à tout moment sur les marchés et/ou valeurs les plus performants.
Le 2e point fort est la flexibilité. Sur toutes ces classes d’actifs, nous avons la possibilité d’aller jusqu’à 0 % d’investissement. Si l’équipe de gestion considère que c’est opportun face à des marchés qui sont incertains ou difficiles, on peut être complètement absent d’une classe d’actifs ou immuniser totalement le portefeuille aux actifs risqués. C’est un cadre de gestion très puissant pour l’équipe de gestion.

La souplesse de cette gestion est un gage de plus grande maîtrise des risques?

Tout à fait. Pour caractériser le risque, nous avons choisi une notion technique, la volatilité, qui est une notion très commune dans l’industrie de l’investissement. Et qui, en fait, vous donne une image de l’amplitude des fluctuations des différentes classes d’actifs. Donc les trois profils que nous proposons - LBPAM Allocation Flexible 1, 2 et 3 - vont avoir trois cibles de volatilité. Cette volatilité s’exprime en %, donc pour le premier c’est 4 %, pour le deuxième c’est 8 % et le troisième c’est 12 % en moyenne sur 5 ans glissants. Pour illustrer cela, pensez à un placement action. Un placement action en moyenne sur longue période a une volatilité de 20 %. Donc, LBPAM Allocation Flexible 3, avec une cible de volatilité à 12 %, aura des fluctuations, d’à peu près la moitié des fluctuations du marché action. L’objectif de volatilité entrainera une limitation possible du potentiel de performance à la hausse sur 5 ans glissants.

Qui gère ces fonds ?

Nous mettons à disposition de ces fonds toutes les expertises de La Banque Postale Asset Management. LBPAM est aujourd’hui la 5ème société de gestion française. A travers notre partenariat avec Aegon Asset Management, qui est un Asset Manager néerlandais, implanté aux Etats-Unis, en Angleterre, en Europe du Nord, en Asie, nous avons des experts sur chacune des classes d’actifs, partout dans le monde. Et au total, il y a 300 spécialistes, professionnels d’investissement qui sont à la disposition de ces fonds Allocation Flexible.

En quoi consiste la gamme LBPAM Stratégie PEA?

Pour accompagner les clients qui veulent investir dans une enveloppe PEA mais ne pas subir le risque d’un fonds 100 % actions, nous avons créé deux fonds : LBPAM Stratégie PEA 1 et LBPAM Stratégie PEA 2.  Tous deux n'investissent qu'en actions européennes et bénéficient de tout le savoir-faire de nos équipes de gérants. Ces derniers sélectionnent des actions avec de bonnes perspectives d’appréciation de leur rendement, mais tout en tenant compte de leur capacité à être robustes et résister dans des phases de difficultés du marché action. La deuxième caractéristique de cette offre, qu’on retrouve également dans l’offre précédente, c’est la flexibilité. Les anticipations de gestion peuvent ne pas coïncider avec les évolutions de marchés auxquels les fonds sont exposés.

C'est-à-dire?
Les deux fonds sont flexibles et au quotidien, vous allez avoir un pilotage de l’exposition au marché action, à travers des instruments de gestion, qui permettent de passer de 0 exposition au marché actions jusqu’à 100 % d’exposition au marché actions. Si l’équipe de gestion a une opinion neutre sur le marché actions, LBPAM Stratégie PEA 1 aura en moyenne une exposition d’environ 50 % au marché actions. Tandis que LBPAM Stratégie PEA 2 sera plutôt à 75 % d’exposition, plus élevé en niveau de risque moyen.

Si vraiment ça craque?

Dans cette offre, dans le processus de gestion, nous avons introduit à travers des instruments de gestion, à la disposition des gérants, des stratégies de couverture systématique, qui sont toujours présentes dans le portefeuille, pour les risques extrêmes. Qu’est-ce qu'un risque extrême ? C’est une baisse très importante du marché action, qui se fait très vite. Donc, ces instruments cherchent à amortir les baisses, au-delà d’un certain niveau. Donc si le marché baisse très vite et très fort, à partir d’un certain niveau, les portefeuilles pourront diminuer ou amortir l’impact de ces baisses. Ces stratégies réduiront la performance globale des fonds.
Donc, en conclusion pour ces deux fonds là, ce qu’on veut offrir à nos clients, c’est la possibilité de capter les perspectives d’appréciation des marchés actions, mais en ayant toujours une capacité de les protéger dans les phases de retournement des marchés actions, qui nous le savons tous, existent et sont inhérentes à un produit de ce type de risque.

Lien: Note de présentation des fonds par La Banque Postale Asset Management


.