Espace International - News, articles, interviews et dossiers

Interview de Alexandre Parot : Président-directeur général de Groupe Parot

Alexandre Parot

Président-directeur général de Groupe Parot

Nous voulons reconquérir le marché du véhicule d'occasion

Publié le 17 Octobre 2016

Parot, distributeur automobile implanté principalement dans le sud-ouest de la France, s'introduit en bourse. Pourquoi ouvrez-vous aujourd'hui le capital du groupe familial ?
L'introduction en bourse est une étape importante dans le cadre de notre plan de développement Horizon 2020 lancé début 2015. Celui-ci vise à hisser notre groupe parmi les 10 premiers distributeurs automobiles indépendants en France. Grâce à une politique d’expansion, d’abord régionale puis nationale, nous avons doublé notre chiffre d'affaires en quinze ans. Il s'est élevé à 363 millions d'euros en 2015 (chiffres pro forma comprenant deux acquisitions réalisées en 2016, ndlr) et nous voulons dépasser la barre des 600 millions d'euros en 2020. Cela passera par la poursuite de l'extension notre réseau de distribution en France mais aussi par le lancement d'une offre 100% digitale de vente de voitures d'occasion en ligne, actuellement en cours de développement.

A quoi vont servir les fonds levés lors de cette IPO (entre 9 et 11 millions d'euros) ?
Les deux tiers environ participeront au financement de notre croissance externe. Nous avons fait deux acquisitions majeures cette année, le groupe Behra, distributeur des marques Ford et Mitsubishi implanté en Ile-de France et dans la région Centre-Val-de Loire, et la société VO 3000, un grossiste en véhicules d’occasion à destination des professionnels (distributeurs, revendeurs, mandataires). L'augmentation de capital qui accompagne l'introduction en bourse servira à boucler le rachat de Behra (6,2 millions d'euros). Une partie des fonds levés sera affectée à des acquisitions futures non précisées pour l’instant. Enfin, un tiers du montant levé sera consacré à notre plateforme digitale de vente de voitures d'occasion dont le lancement est prévu au deuxième trimestre 2017.

Pourquoi cette plateforme digitale est-elle si importante pour vous ?
Parce que le marché de l'occasion est trois fois plus important en volume que le marché du véhicule neuf ! Or, aujourd'hui, les deux-tiers des ventes de véhicules d'occasion se font de particulier à particulier. Notre objectif, en tant que professionnels, est de reconquérir ce marché en proposant une offre 100% digitale et innovante, avec un ensemble de garanties et services et un parcours client que ne proposent pas les sites actuels. Il ne s'agira pas d'une simple vitrine pour écouler les stocks de nos points de vente physiques mais d'un pure player de la distribution automobile, avec sa marque propre, qui sera entre autres alimenté par le réseau de VO 3000 (loueurs de courte et longue durée, centres 'Car&Cash' de reprise de véhicules auprès des particuliers). Ce modèle n'existe pas vraiment en France : nous nous sommes inspirés du site Carvana aux Etats-Unis mais en capitalisant sur notre réseau de distribution. Par ailleurs, l’annonce faite ce matin d’un projet d’entrée de PSA au capital du mandataire AramisAuto.com témoigne d’un intérêt certain pour le marché de la distribution digitale de véhicules d’occasion.

Quels sont vos objectifs de chiffre d'affaires et de rentabilité ?

Notre plan stratégique vise à dépasser les 600 millions d'euros de chiffre d'affaires et les 40 000 véhicules vendus par an à horizon 2020 (contre 19 000 pro forma en 2015). A court terme la rentabilité pourra être affectée par les investissements en vue du lancement de la plateforme web à la mi-2017 mais nous pensons pouvoir être à l'équilibre dès 2018 sur la partie digitale. De plus, ce nouveau canal qui offre des coûts de distribution inférieurs à la distribution physique contribuera, concomitamment à l’accroissement des volumes de vente du groupe, à l’amélioration de la rentabilité.

Pour plus d'informations sur l'introduction en bourse de Groupe Parot, cliquez ici. Clôture des souscriptions le mardi 18 octobre.

Propos recueillis par François Schott

OK, tout accepter
Fermer