Espace International - News, articles, interviews et dossiers

Interview de Régis  Le Roux : PDG d'ENENSYS Technologies

Régis Le Roux

PDG d'ENENSYS Technologies

Nous ambitionnons d'atteindre 60 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2022, soit un quasi-triplement en 5 ans

Publié le 24 Mai 2018

Présentez-nous ENENSYS Technologies et son positionnement.
ENENSYS Technologies est un pure-player des réseaux de diffusion vidéo. Nous fournissons des équipements et logiciels permettant aux opérateurs de construire des réseaux de diffusion, avec un focus sur la Télévision Numérique Terrestre (TNT ou DTT en termes anglo-saxons). Notre positionnement est très en amont, orienté innovation, sur les différentes normes et standards de transmission.
La société, fondée à Rennes en 2004, a une importante force de frappe en Recherche & Développement (R&D). Sur les 110 collaborateurs actuels, 95 sont des ingénieurs. Parmi eux, 57 sont dédiés à la R&D, qui représente 40 millions d’euros investis sur les dix dernières années. Nous avons déposé 32 brevets qui nous permettent de sécuriser nos inventions.

ENENSYS Technologies a enregistré en 2017 un chiffre d’affaires de 21,1 millions d’euros (incluant l’acquisition de la société TeamCast en mai 2017) avec 90 % des ventes réalisées à l’international, et une rentabilité nette de 12 %. Notre niveau de marge brute de 65 %, très élevé, illustre en particulier la valeur de nos produits innovants et nous confère un certain pricing power (capacité à fixer nos prix de vente en fonction de nos coûts).

Dans quel pays commercialisez-vous vos solutions ?

Le marché de la diffusion vidéo est nativement international car les normes de diffusion le sont également. De fait, dès que nous développons un produit, il est compatible pour plusieurs pays. Nos innovations trouvent aussi naturellement leur place à l’international qu’en France. La seconde génération de DTT sera par exemple déployée en France en amont des JO de 2024 alors que de nombreux déploiements auront déjà été réalisés à l’étranger.
En 2017, nous avons ainsi réalisé notre chiffre d’affaires en exportant dans 58 pays. L’Europe (60 % des ventes) et l’Asie-Pacifique (20 %) illustrent notre positionnement historique sur la DTT. La France représente 9 % de notre CA, l’Amérique du Nord 6 % (avec la contribution de TeamCast), l’Afrique et la Moyen-Orient (3 %) et l’Amérique Latine (2 %).
Dans les années à venir, les Etats-Unis devraient être une de nos principales cibles commerciales avec le déploiement de la norme de diffusion de nouvelle génération ATSC3.0, expérimentée fin 2017.

A qui s’adressent vos offres plus précisément ?

Nos clients sont les grands opérateurs qui possèdent des réseaux de diffusion et qui ont pour métier d’acheminer les contenus jusqu’aux différents utilisateurs. Nous en comptons plus d’une centaine à l’international. En France, notre principal client est l’opérateur TDF, au service des différentes chaînes de télévision. Nous fournissons aussi le groupe Canal + pour le marché de l’Afrique francophone. Nos autres clients principaux sont MultiChoice, un géant de la vidéo sur l’Afrique subsaharienne, et le groupe Sinclair Broadcast aux Etats-Unis.
Le marché de la diffusion vidéo est en plein essor avec l’explosion de la consommation vidéo : entre 2014 et 2019, le volume des flux de données vidéo aura été multiplié par 13 dans le monde. Pour les opérateurs, l’enjeu est d’investir en permanence dans de nouveaux réseaux pour proposer une meilleure résolution (4K ou ultra haute définition), plus de programmes, le trafic mobile…

Quels sont les axes de développement de la société ?

ENENSYS Technologies intervient en aval de la chaîne de valeur de la diffusion vidéo, avec un positionnement complémentaire à la société Ateme, spécialisée sur la compression de vidéos.
Nous répondons aux enjeux de nos clients opérateurs à travers trois axes de développement. Premièrement, l’optimisation pour maximiser la capacité et la performance des réseaux. En d’autres mots, notre objectif est d’avoir les tuyaux de diffusion les plus efficients possibles. Une meilleure capacité permet en effet aux opérateurs de diffuser chaque chaîne en réduisant leurs coûts opérationnels.
Notre deuxième axe de développement est la sécurisation des réseaux pour ne pas avoir de rupture dans la diffusion. Sur une grande partie du réseau français, nos équipements permettent de basculer vers des réseaux de back-up en cas de problème, de façon totalement transparente pour les utilisateurs. Un autre volet de cet axe sécurisation porte sur l’anticipation via le monitoring pour détecter toute dégradation à venir.
Le troisième axe est la monétisation des réseaux, en permettant aux opérateurs de faire de l’insertion de publicité ciblée, individuellement mais aussi géographiquement. L’idée est de pouvoir faire des décrochages très locaux sur des réseaux type TNT pour insérer des pubs qui ne sont pertinentes que pour une zone géographique donnée. En France, cela existe sur des réseaux comme France 3 avec une organisation basée sur des régies régionales, mais cela n’existe pas sur des chaînes comme TF1, M6 ou d’autres. Demain, technologiquement, nous pourrons le faire. Pour ENENSYS Technologies, la monétisation est un vrai relais de croissance car de nouveaux annonceurs pourraient diffuser sur des réseaux type TNT. En France, la publicité régionale n’est pas encore autorisée. Nous attendons nos premiers débouchés sur les marchés à l’export.

Qu’attendez-vous de l’introduction d’ENENSYS Technologies sur Euronext Growth ?

Nous visons une levée de fonds de 15 à 18 millions d’euros sur la base d’un prix en milieu de fourchette.
Ces fonds serviront pour moitié à développer nos équipes de R&D. Notre objectif est de proposer rapidement de nouveaux produits sur le marché, notamment des solutions au format américain ATSC3.0 et des offres d’insertion de publicité. Pour cela, notre implantation à Rennes est un atout car il y a de nombreuses écoles d’ingénieurs, qui offrent un vrai vivier de compétences, et des centres de recherche avec lesquels nous avons des partenariats, comme B-com.
L’autre moitié des fonds levés permettra de renforcer notre présence commerciale pour bien couvrir le monde et capter toutes les opportunités potentielles. A commencer par le développement d’une équipe commerciale aux Etats-Unis, où nous avons une filiale, pour conquérir le nouveau marché lié à la norme de nouvelle génération ATSC3.0, aujourd’hui la plus performante en matière de diffusion vidéo. Nous sommes présents aux Etats-Unis sur les 4 principaux pilotes, qui sont l’antichambre des déploiements à venir probablement à partir de mi-2019. C’est un très gros marché qui s’ouvre puisqu’il y a tout le territoire à faire basculer dans cette nouvelle norme.

Vous avez connu des difficultés en 2009 quelques années après une première levée de fonds sur le Marché Libre. En quoi le contexte et le modèle économique d’ENENSYS Technologies sont-ils différents aujourd’hui ?

Quand la crise financière est arrivée en septembre 2008, la plupart de nos marchés ont été gelés. Ce contexte nous a amené à nous restructurer au printemps 2009. Nous nous sommes repositionnés sur les axes les plus innovants et nous sommes revenus à l’équilibre en cash-flow dès fin 2009, puis nous avons été bénéficiaires dès début 2010. Depuis, nous avons enchaîné sept exercices bénéficiaires d’affilée avec de bons niveaux de rentabilité. Nous pratiquons une stratégie first-mover pour être toujours très en amont sur les technologies afin de bénéficier de cet éclairage réservé aux premiers entrants sur les marchés.

Quelles sont vos ambitions chiffrées à court-moyen terme ?
Nous ambitionnons d’atteindre 60 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2022, soit un quasi-triplement en 5 ans.

Quels sont vos atouts pour réussir et vous démarquer sur le marché de la diffusion vidéo ?

Ce qui nous a construit et fait notre force, sont les deux brins de l’ADN de la société : l’international et l’innovation. Notre croissance à venir est sur le marché nord-américain, nous sommes dans le bon timing avec notre présence sur les pilotes. Le marché de l’insertion de publicité est aussi très porteur car pour la plupart des réseaux dont nous parlons la télévision est gratuite, financée par la publicité… Tout ce qui permettra aux opérateurs d’augmenter leurs revenus est d’un grand intérêt pour eux.

ENENSYS Technologies est une des rares sociétés de croissance à distribuer des dividendes. Quelle est votre politique en la matière ?

Cette logique de dividendes vient de notre décision de mettre le focus sur la rentabilité et la performance économique. Nous avons aussi sensibilisé nos collaborateurs en interne en les intéressant à cette rentabilité, qui nous donne la possibilité de verser des dividendes. En introduisant la société en bourse, nous nous inscrivons dans la continuité de ce que nous avons fait sur les derniers exercices. En fonction de nos résultats futurs et de nos besoins de financement, nous avons pour objectif le versement de 50 % de nos bénéfices.

Propos recueillis par Caroline Durand Friot

OK, tout accepter
Fermer