Espace International - News, articles, interviews et dossiers

Interview de Ophélie Mortier  : Responsable de la stratégie ISR chez Degroof Petercam Asset Management

Ophélie Mortier

Responsable de la stratégie ISR chez Degroof Petercam Asset Management

Qu'est-ce que l'Investissement Socialement Responsable selon Degroof Petercam Asset Management ?

Publié le 10 Mai 2019

Qu’est-ce que l’Investissement Socialement Responsable selon Degroof Petercam Asset Management ?
Il n’existe pas à ce jour de définition officielle de l’ISR. Au sein de Degroof Petercam Asset Management, l’ISR est conçu à travers trois objectifs spécifiques :
-la défense des droits fondamentaux (droits de l’homme, droits du travail, prévention de la corruption, protection de l’environnement) ;
-le non financement d’activités controversées susceptibles d’affecter la réputation à moyen-long terme de nos investissements ;
-la promotion des meilleures pratiques et des meilleurs efforts qui se traduit par un focus sur les entreprises qui apportent des solutions innovantes aux enjeux ESG.

Pourquoi vous être arrêtés à ces quatre droits fondamentaux ?

Ces quatre droits fondamentaux constituent les fondations premières et sont appréhendés dans leur ensemble avec la même importance. Ainsi, une entreprise qui indique confectionner du coton Bio mais qui par ailleurs entretient une mauvaise relation avec ses parties prenantes, notamment ses fournisseurs n’est pas responsable à notre sens.

Qu’entendez-vous par « activité controversée » ?

Une activité controversée est clairement une activité qui est sujette à discussions.
Nous pouvons donner les exemples classiques de la fabrication d’armements ou de la production de tabac que nous avons décidés d’exclure de notre champ d’investissement de facto.
Dans un autre registre nous pouvons évoquer l’exploitation d’OGM. Beaucoup de débats portent sur ces semences manipulées qui résistent mieux à des conditions climatiques extrêmes. Pour notre part, après avoir fait appel à un expert indépendant sur le sujet afin de bien appréhender les tenants et les aboutissants scientifiques de ces organismes, nous avons conclu à l’absence d’une opposition de principe là-dessus. Cependant, nous avons exclus les acteurs phares qui agissent sur ce marché comme Monsanto, Bayer, Syngenta non pas en raison de leur implication dans le développement des OGM mais en raison d’autres pratiques non durables notamment marketing et commerciales et de gouvernance.

Depuis quand l’ISR existe au sein de Degroof Petercam Asset Management ?

L’ISR existe au sein de Degroof Petercam Asset Management depuis 2002. A l’époque nous avions répondu à la demande formulée par un investisseur institutionnel qui souhaitait un fonds d’actions européennes avec un filtre ISR. Ne sachant pas à l’époque ce que recouvrait exactement cette notion, nous nous sommes retournés vers un pourvoyeur de flux d’informations indépendant qui nous a alors fourni un univers de sociétés européennes dites ISR à partir duquel nous avons procédé à une sélection de titres.
En 2007, une demande similaire nous a été transmise pour un fonds d’obligations gouvernementales de pays développés. Aucune réponse clé en mains ayant pu nous être fournie cette fois-ci, nous avons entamé une sérieuse réflexion pour avoir un modèle propriétaire d’ISR avec des indicateurs clés de manière à déterminer les titres éligibles à ce fonds. De là, des comités d’experts ont été mis en place. La démarche ISR au sein de Degroof Petercam Asset Management était pleinement inscrite dans un processus d’évolution.

Quelle évolution l’ISR a-t-elle eu au fil du temps ?

Au fil des années, nous avons très clairement gagné en maturité et en esprit critique dans l’ISR. Nous avons progressivement intensifié une posture challenging des univers ISR qui nous sont fournis par nos pourvoyeurs de flux d’information afin de comprendre pourquoi une société a été retenue et pourquoi une autre a été évincée pour aboutir aujourd’hui à nos propres grilles d’analyse de durabilité. Nous avons renforcé les effectifs du département ISR afin de consolider la recherche qualitative et fondamentale en collaboration étroite avec les gérants et les analystes de la société.

En parallèle de ce mouvement en interne, nous avons pris la décision de signer les Principes de l’Investissement Responsable des Nations Unies qui nous a aidé à structurer davantage notre démarche ISR. S’en sont suivis la formalisation de procédures et la définition de plusieurs politiques : une politique d’investissement responsable, une politique d’activité controversée, une politique de vote, une politique d’engagement… Celles-ci sont constamment remaniées, améliorées, en vue de prendre en compte les changements contextuels, en particulier l’adoption de nouvelles réglementations comme la Directive européenne des droits des actionnaires ou le Plan d’Action pour une finance plus durable.

En cela, l’ISR s’inscrit dans un learning process continu.

La signature des PRI supposait-elle des requis préalables ?
Dans l’absolu, il n’y avait pas de requis préalables nécessaires à la signature des PRI. Il suffisait d’en faire la demande et d’acquitter les droits.
Ceci étant, depuis 2014, les PRI ont rendu obligatoire un reporting qui ne suppose pas d’objectifs quantitatifs à atteindre mais qui visent à vérifier dans quelle mesure des progrès sont réalisés sur l’implémentation des six principes de PRI. Le questionnaire envoyé est très détaillé. Il est continuellement révisé en fonction des pratiques du marché et des réponses apportées par les membres signataires. Son degré d’exigence est en cela de plus en plus élevé.
Ne pas effectuer de reporting peut amener à une exclusion des PRI. En outre, ce reporting est évalué par les membres du PRI. Une note est attribuée en conséquence. Degroof Petercam Asset Management a présentement, et ce pour la seconde année consécutive, un rating de A+ qui est le rating plus élevé aujourd’hui.

A l’occasion de leurs 10 ans, les PRI ont modifié fortement leur gouvernance interne et leurs objectifs. A partir de 2020, sera rendue obligatoire l’adoption des recommandations du TCMFD (Task Force on Climate related Financial Disclosures) pour les signataires des PRI. Découleront certainement de cette adoption des conséquences pratiques dans notre process de gestion ISR.

De combien de personnes est composée l’équipe dédiée à l’ISR ? Celle-ci a-t-elle vocation à être renforcée ?
L’équipe dédiée à l’ISR est composée de quatre personnes chez Degroof Petercam Asset Management. Nous n’avons pas pour projet, à ce jour, d’étoffer cette équipe car nous tenons à ce que les analystes-gérants de DPAM soient parties prenantes au process de gestion ISR afin de s’assurer d’une réelle intégration et donc de valeur ajoutée dans les faits.
Le rôle de l’équipe ISR est d’aider les analystes gérants à l’intégration des critères ESG dans leur investissement, de vérifier que les meilleures pratiques et les meilleurs standards soient utilisés, de challenger les analyses et recommandations d’un point de vue durabilité et du bon respect de la réglementation dans le domaine.



Imen Hazgui

OK, tout accepter
Fermer