Espace International - News, articles, interviews et dossiers

Interview de Christophe Grosset : Responsable Produits de Bourse, Unicredit France

Christophe Grosset

Responsable Produits de Bourse, Unicredit France

Election présidentielle: comprendre ce que pensent les marchés et réagir en conséquence

Publié le 13 Mars 2017

Par Tommaso Cotroneo et Ralph Zenatti, Stratégistes Dérivés Actions, et Christophe F. Grosset, Responsable Produits de Bourse pour UniCredit en France. 

Article à caractère promotionnel.

Comment savoir quel est le sentiment des marchés vis-à-vis de l’élection présidentielle ?
T.C. Pour comprendre le sentiment des marchés il peut être intéressant de regarder l’évolution des taux mais aussi la volatilité des marchés actions. Commençons par l’analyse la plus immédiate, les cotes dans les maisons de paris. Le «scandale Fillon» a entraîné d’importants réajustements dans les cotes des différents candidats depuis la fin janvier. La probabilité d’une victoire de François Fillon, dans le rôle du candidat conservateur, est passée de près de 60% à moins de 30%, alors que celle d’Emmanuel Macron, qui fait figure de candidat indépendant, a évolué dans le même temps de 25% à environ 35%.

Les marchés de taux ont-ils été impactés ?

T.C. Les marchés des taux ont réagi. Nous assistons depuis le 27 janvier à un basculement en territoire négatif de la corrélation entre l'OAT (les obligations d’Etat françaises) et le Bund (les obligations d’Etat allemandes) et l’écart de rendement entre l'OAT et le Bund s'est creusé. Les taux allemands ont baissé. Cette réaction pourrait être vue comme le renforcement de la possibilité de voir les positions négatives vis-à-vis de l’union monétaire prendre plus de place dans la campagne et se réplique par conséquent sur l'Euro. Une autre explication de cette réaction du marché pourrait aussi être une crainte de voir le nouveau favori des sondages, Emmanuel Macron, se retrouver avec un parlement dans lequel il ne pourrait pas disposer de soutien fort aussi bien à droite qu’à gauche, ce qui pourrait compliquer les réformes pour les cinq années à venir. Le différentiel de rendement entre l’OAT et le Bund se trouve aujourd’hui à des niveaux qui n’ont été dépassés que dans 10 % des cas depuis l’an 2000. Il n’a en fait atteint des niveaux supérieurs que lors de la crise des dettes souveraines en Europe en 2011-12.

Coté bourse, comment mesurer le sentiments des opérateurs ?
T.C Avec la volatilité. C’est un indicateur fondamental pour les marchés et il permet surtout d’estimer quel est le sentiment des opérateurs à un moment donné. La volatilité mesure l’amplitude et la fréquence des variations d’un actif financier, une action ou un indice. L’analyse de la volatilité implicite (c’est-à-dire celle qui peut être déduite du prix des options échangés sur les marchés organisés) et surtout de ses évolutions au cours du temps donne des indications précieuses sur le sentiment du marché. En particulier, une hausse de la volatilité implicite traduit que les opérateurs s’attendent à ce que le marché bouge plus, c’est-à-dire qu’il soit plus risqué. En appliquant cette approche à l’indice CAC40 nous pouvons constater que la volatilité de l’indice boursier progresse plus lentement que le marché des taux. Pour dégager une tendance nous pouvons aussi comparer celle du CAC40 avec celle de l’Eurostoxx50, l’indice des 50 valeurs les plus significatives de la zone Euro. L’analyse des options à la monnaie arrivant à échéance dans 6 mois sur les deux indices révèle que le marché estime que le différentiel de volatilité entre le CAC40 et l’EuroStoox 50 est à son niveau le plus ample depuis 2012. C’est-à-dire qu’il estime que le CAC sera plus volatile que l’Eurostoxx 50. Cet écart s’est en outre particulièrement et rapidement creusé depuis le 7 février.

S’agit-il d’une tendance généralisée ?

T.C. Intuitivement la volatilité d’un indice boursier est influencée par l’évolution de la volatilité des actions qui le composent. En outre il convient de prendre en considération la corrélation entre ces mêmes actions, c’est-à-dire la propension qu’elle auront à évoluer de façon similaire et au même moment (forte corrélation) ou de façon opposé à des moment différent (faible corrélation). L’analyse du prix des options permet donc de déterminer comment le marché évalue la corrélation dans les semaines ou mois à venir (la corrélation implicite). En appliquant cette analyse au CAC nous pouvons constater qu’une grande part de la hausse de volatilité sur l’indice CAC40 peut s’expliquer par un renforcement de la corrélation implicite entre les actions qui composent l’indice. En chiffre, la corrélation implicite à 6 mois sur le CAC (c’est à dire la mesure dans laquelle le marché évalue la corrélation dans l’indice) s’est appréciée de presque 10% alors qu’elle est restée stable pour l’Eurostoxx50. Il s'agit donc pour l’indice français d’une tendance plus systémique qu’une évolution lié à quelques actions ou un secteur particulier comme nous l’avions vu par le passé et il conviendra de suivre cette évolution dans les dans les semaines à venir.

A quoi s’attendre ?
T.C. L'incertitude planant sur le résultat des élections présidentielles devrait rester élevée jusqu'au scrutin. Il est dès lors plus difficile de privilégier un scénario dans lequel la volatilité du CAC40 se rapproche à nouveau de celle de l’EuroStoxx50. Le marché s’attendrait donc à voir cette prime d’incertitude sur le CAC40 persister dans les semaines à venir. Nous pouvons par contre constater que la comparaison du différentiel de volatilité sur les options à maturité juin avec la volatilité réalisée a déjà atteint des niveaux qui font déjà partie des 10% les plus élevés depuis l’an 2000. Ceci pourrait être interprété comme un signal que la différence de volatilité entre les deux indices se trouve déjà à un niveau déjà important.

Dans la pratique, comment en savoir plus ?
C.F.G. Nous organisons le 10 avril un webinaire de notre Tendance et Trading. Ce rendez-vous sera à une date clefs. Nous en effet à deux semaines des élections présidentielles et ce sera le moment de faire le point Lors de ce rendez-vous interactif, les analystes présent analyserons le contexte de marché dans une approche top down, c’est-à-dire en partant du scénario général, pour affiner la réflexion selon les secteurs, pour aboutir à une sélection de valeurs. Pour réaliser vos scénarios une espace formation sera également réservé aux spécialistes produits de UniCredit pour comparer avantages et inconvénients des divers investissements disponibles pour réaliser les scénarios. Pour vous inscrire, cliquez ici.

Revenons à l’offre de Produit de Bourse d’UniCredit, sur quoi vous différenciez-vous ?
C.F.G. Avant tout sur le prix et la fourchette de cotation achat / vente. Un exemple, nous cotons nos Turbos sur le CAC40 avec un écart de seulement 1 centime entre prix de vente et d’achat alors que le standard du marché varie de 3 à 2 centimes (sur la base des indicateurs de marché calculés par Euronext en février). C’est donc pour l’investisseur un prix plus bas lors de l’achat, un prix plus haut lors de la vente ! De plus, sur toute notre gamme nous cotons nos produits avec 3 décimales, ce qui les rend plus réactifs à chaque variation de l’indice ou de l’action de référence. De plus jusqu’au 31 mars, une offre de remboursement de frais de courtage sur les produits de Bourse UniCredit est en cours auprès de la clientèle Bourse Direct (conditions de l’offre disponible sur www.boursedirect.fr).

Coté gamme de produits, où en êtes-vous ?
Nous nous concentrons sur le « market-timing », c’est-à-dire la mise à disposition rapide des warrants et certificats sur le marché pour permettre aux investisseurs de retrouver chaque jour des produits en ligne avec les dernières évolutions du marché. Pour cela nous définissions chaque jour de nouveaux produits que nous cotons dès le lendemain. Notre gamme est aujourd’hui complète et recouvre 78 actions et indices sous-jacent sur 6 catégories de produits (Warrants, Turbo, Turbos Illimités, Turbos Illimités BEST, leverage et Short et Bonus Cappés). Nous nous appuyons pour cela sur notre plateforme de Produits de Bourse pan-européenne, onemarkets, et notre présence de long terme en France depuis le début des années 2000.

Warrants, Turbo, Turbos Illimités, Turbos Illimités BEST, leverage et Short et Bonus Cappés, comment s’y retrouver ?

Bien appréhender avantages et inconvénients de chaque solution. Plus précisément savoir choisir entre chaque produit celui qui sera plus efficient en fonction du scénario et du plan d’investissement. C’est-à-dire aussi bien s’il se réalise que si le marché est contraire. S’orienter pour bien investir est justement le mot d’ordre de notre initiative onemarkets. Nous mettons à disposition sur notre site, outre la formation et des brochures claires et complètes sur les différents produits, un ensemble d’outils d’aide, comme le calculateur et les sélectionneurs. Nous avons également lancé un rendez- vous, la lettre « onemarkets » qui fait le point sur les initiatives de la communauté d'investisseurs onemarkets, les rendez-vous à ne pas manquer ainsi qu’un point formation en vidéo. En exclusivité, des analyses de fond écrites par nos spécialistes pour démystifier les marchés et identifier les opportunités comme l’analyse de volatilité présentée plus haut.


Source: UniCredit Equity Derivatives Strategy. Données au 21-Février-2017
Avertissement : Instruments présentant un risque de perte en capital et à effet de levier* à destination d’investisseurs avertis. *Les warrants, les turbos et les certificats leverage et short S’ADRESSENT EXCLUSIVEMENT A DES INVESTISSEURS AVERTIS DISPOSANT DES CONNAISSANCES ET DE L'EXPERIENCE NECESSAIRES POUR EVALUER LES AVANTAGES ET LES RISQUES. Ils intègrent un effet de levier qui amplifie les mouvements de cours du sous-jacent ce qui peut être favorable ou défavorable aux investisseurs. En raison de leur nature les Warrants, les Turbos et les certificats Leverage et Short peuvent notamment comprendre des risques de liquidité pouvant se traduire par une perte partielle ou totale de l’investissement. Les investisseurs potentiels doivent s’assurer avant de conduire une opération qu’ils comprennent parfaitement ces instruments et les risques qui en découlent. Tous les instruments sont émis dans le cadre de prospectus disponibles sur le site www.bourse.unicredit.fr, visés par la BAFIN et communiqués, en France dans le cadre du passeport européen, à l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Il est recommandé aux investisseurs de se reporter à la rubrique « facteurs de Risques » du Prospectus. Investissement exposé au risque de crédit UniCredit Bank
AG (BBB/A3/A-).

.