EasyBourse - Investir en bourse en ligne

Espace International

Interview de Patrick Liedtke : Directeur du secteur institutionnel chez BlackRock pour la zone EMEA

Patrick Liedtke

Directeur du secteur institutionnel chez BlackRock pour la zone EMEA

Le marché du crédit aux PME intéresse fortement les assureurs

Publié le 26 Avril 2017

BlackRock a interrogé 240 investisseurs institutionnels sur leur allocation d'actifs pour 2017. Quels sont les grandes tendances par rapport 2016 ?
L'année 2016 a été marquée par l'entrée en vigueur en Europe de la directive Solvency 2 qui a impliqué de profonds changements d'organisation chez les assureurs et a renforcé les exigences en matière de fonds propres. Cette mise en œuvre a mobilisé beaucoup d'énergie de la part des compagnies d'assurances qui, parallèlement, se sont montrées conservatrices du point de vue de leurs investissements. L'un des enseignements du Rebalancing Survey réalisé par BlackRock en début d'année 2017 est que les assureurs veulent aujourd'hui réduire la part de cash dans leurs portefeuilles et optimiser leur allocation de capital. Avec le retour de l'inflation aux Etats-Unis et dans une moindre mesure en Europe, il n'est plus question de garder du cash inutilisé dont la valeur risque de s'éroder. 2017 devrait donc voir se résorber ces excès de liquidités au profit d'investissements à long terme.

Quelles classes d'actifs les investisseurs institutionnels privilégient-ils aujourd'hui ?
Les investisseurs institutionnels que nous avons interrogés partent du principe que les taux vont rester bas durablement ("low for longer") et que les produits à taux fixe (obligations souveraines, crédit aux grandes entreprises) ne leur permettront pas d'atteindre leurs objectifs de rendement – bien qu'ils constituent le socle de leurs encours. Ils ont donc décidé de diversifier leurs placements notamment en direction des "actifs réels". On entend par là tous les investissements dans des biens tangibles : projets d'infrastructures, de production d'énergie ou encore immobilier. Ces placements, certes moins liquides, sont susceptibles d'apporter un meilleur rendement à long terme dans un contexte de taux bas et d'inflation modérée. C'est aussi une façon pour les investisseurs institutionnels de renforcer leur impact social et environnemental, au travers notamment des "green bonds" (obligations vertes) qui se développent aujourd'hui.

Le crédit aux PME ressort également comme un marché émergent pour les assureurs…

Le marché du crédit aux PME intéresse fortement les assureurs. 61% d'entre eux ont prévu d'augmenter leur allocation dans ce domaine traditionnellement réservé aux banques, mais qui, pour des raisons réglementaires notamment, a été délaissé. Les assureurs sont également intéressés par le private equity (investissement au capital d'entreprises non cotées, ndlr) car il offre une prime d'illiquidité importante par rapport aux marchés actions. C'est une bonne nouvelle pour les entreprises européennes à la recherche de financements pour leur croissance.

Les marchés actions sont-ils jugés attractifs ?

Les stratégies sur les actions diffèrent fortement d'un continent à l'autre. Aux Etats-Unis et au Canada, plus d'un tiers des investisseurs institutionnels prévoient de réduire leur exposition en 2017. Il faut dire qu'après le rally observé depuis l'élection de Donald Trump le potentiel de hausse supplémentaire du marché action américain est jugé assez faible. A l'inverse, plus d'un tiers des investisseurs institutionnels en Amérique Latine ont l'intention de renforcer la part d'actions dans leurs portefeuilles. En Europe continentale les investisseurs sont plutôt neutres sur les actions, 18% prévoyant tout de même d'augmenter leurs investissements sur les marchés boursiers.

Propos recueillis par François Schott