Espace International - News, articles, interviews et dossiers

Interview de Christopher Dembik : Responsable de la recherche économique chez Saxo Banque

Christopher Dembik

Responsable de la recherche économique chez Saxo Banque

Trump n'est pas un clown qui va changer d'avis

Publié le 09 Novembre 2016

Comment analysez-vous la réaction des marchés financiers au lendemain de la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine ?
Ce que nous voyons aujourd'hui sur les marchés est un ajustement par rapport aux anticipations. Les investisseurs avaient largement parié sur une victoire d'Hillary Clinton. Mais il n'y a pas de panique comme au lendemain du vote sur le Brexit, le gros de la baisse est déjà passé. L'ajustement des anticipations par rapport au programme économique de Donald Trump se fera dans un deuxième temps et il risque de peser sur les cours. En effet, si Trump met en application son programme protectionniste, les effets sur l'économie mondiale seront délétères. On voit d'ailleurs que les turbulences concernent aujourd'hui principalement les marchés émergents, dont les surplus en dollars risquent d'être rapatriés aux Etats-Unis et qui souffrent des nombreuses incertitudes sur la politique américaine.

Le nouveau président américain va-t-il faire ce qu'il dit ?
Donald Trump n'est pas un clown qui va changer d'avis une fois élu. Il a des convictions réaffirmées avec constance tout au long des 30 denrières années. C'est notamment le cas de son rejet du libre-échange qui selon lui a fait perdre des millions d'emplois aux Américains. Je pense qu'il fera tout pour mettre en œuvre les mesures protectionnistes de son programme et que celles-ci peuvent avoir des conséquences importantes pour l'ensemble des économies. Reste à savoir si le Congrès le laissera faire. Bien que les deux chambres soient aux mains des républicains, elles ne voteront pas automatiquement toutes les mesures dictées par la Maison Blanche. Mais Donald Trump n'a aucune raison aujourd'hui de ne pas faire ce qu'il a promis, c'est-à-dire à dire un changement radical par rapport aux politiques menées jusqu'ici.

Quelles conséquences faut-il attendre pour l'économie européenne ?

Je vois deux impacts immédiats pour l'Europe. Premièrement, le traité de libre-échange transatlantique (Tafta), qui était défendu par Bruxelles malgré l'opposition d'un certain nombre d'Etats membres, va être enterré. D'autre part la relation entre l'Union européenne et les Etats-Unis risque d'être plus difficile à court terme étant donné le soutien affiché par la plupart des capitales européennes à Hillary Clinton. Mais il ne devrait pas y avoir d'impact sur l'économie européenne dans l'immédiat, la reprise semble suffisamment solide et les risques financiers limités. En revanche la victoire de Trump est un rappel fort de la montée du populisme et de l'incapacité à lutter contre ce phénomène en Europe. Les mêmes peurs existent en Europe. Cela explique le soutien à Trump des partis populistes comme le Front National en France ou du parti au pouvoir en Hongrie ; ils partagent les mêmes intérêts. Tous les partis « anti-establishment » européens vont reprendre cette victoire à leur compte.


Propos recueillis par François Schott