Espace International - News, articles, interviews et dossiers

Interview de Charles BEIGBEDER : Fondateur et PDG de Audacia

Charles BEIGBEDER

Fondateur et PDG de Audacia

Accompagner la création de leaders mondiaux européens et français

Publié le 27 Septembre 2021


Comment présenteriez-vous Audacia, que vous avez fondée en 2006 ?

Audacia est une société de gestion agréée par l’AMF évoluant dans le domaine du private equity, ou « capital investissement » en français. Nous existons depuis quinze ans, et notre équipe compte à ce jour vingt-cinq personnes basées à Paris. Nous investissons dans le monde entier pour ce qui concerne le capital risque, et essentiellement en France pour ce qui relève de l’immobilier et du capital développement. Un business rentable bien géré et optimisé, puisque nous visons une marge Ebitda de 40 %, et qui repose sur une batterie de fonds aux thématiques dédiées.

Pour les néophytes, pourriez-vous nous décrire rapidement la nature de son activité ?

La particularité de notre entreprise, c’est d’évoluer dans le domaine de l’industrie financière. L’une des principales au monde, à laquelle on ne pense pas forcément, mais qui représente environ 140 000 milliards d’euros d’actifs gérés. Audacia évolue dans la catégorie du private equity et son activité repose sur des actifs non-cotés. Un secteur qui pèse à lui seul environ 6 000 milliards d’euros, dont 10 % en Europe. Audacia se présente donc comme un acteur de référence du private equity, ayant déjà accompagné plus de trois cent cinquante PME, heureux d’avoir donné naissance à trente-sept ETI et une licorne ! Cela représente environ 750 millions d’euros investis en quinze ans par quinze mille investisseurs particuliers et institutionnels.

Vous avez créé récemment le concept de « Maison entrepreneuriale de private equity ». Qu’entendez-vous par là ?

Depuis 2018, nous avons évolué vers ce concept innovant de Maison entrepreneuriale de private equity qui fait de nous désormais une sorte d’incubateur de fonds. Nous attirons des experts sectoriels afin de créer de l’émulation et susciter un choc d’innovation au contact de domaines représentant des enjeux stratégiques pour demain. Notre méthode se résume à identifier de nouvelles thématiques de fonds, à sélectionner les meilleures équipes pour les développer, puis à coproduire ces nouveaux fonds spécialisés. L’exemple de Quantonation, notre fonds dédié à accompagner la deuxième révolution quantique dont les implications seront multiples dans un futur proche, est une première au monde. Nous travaillons d’ailleurs en ce moment à lancer un fonds dédié au spatial. Autre exemple, notre engagement en faveur du « coliving », une tendance forte de l’immobilier actuel cherchant à renouveler et dépoussiérer la notion de colocation. Nous avons donc créé le fonds le plus important qui s’y rattache. Dernier exemple, notre volonté de participer au développement du SMR (Small Modular Reactor), une technologie de rupture ouvrant la voie au nucléaire de demain.

Avec quels objectifs propres lancez-vous votre prochaine IPO ?

Cette ouverture de capital est destinée à préparer le lancement de nouveaux fonds orientés par exemple vers la technologie spatiale, la transition vers l’agriculture et l’agroalimentaire bio ou l’épargne-retraite innovante. Notre objectif est de nous développer jusqu’à disposer à l’horizon 2025 d’un total d’actifs sous gestion d’un milliard d’euros. Nous recherchons aussi via cette opération boursière, qui vise une levée de fond d’environ 8 millions d’euros, à nous faire connaître la singularité et la pertinence des fonds que nous gérons. Le fait de valoriser Audacia et l’effet bénéfique du coup de projecteur provoqué par l’IPO servent aussi notre volonté d’attirer de nouveaux talents et d’affermir leur ambition de développement. D’autant que chez Audacia, ils peuvent compter sur un modèle de partage des commissions de gestion particulièrement équitable.

À quel type d'investisseurs vous adressez-vous aujourd’hui ?

De façon générale, nous cherchons à démocratiser le profil de l’investisseur. Car le private equity en général souffre d’une image élitiste. En l’occurrence, cette opération est mixte : une tranche est réservée à des investisseurs institutionnels, une autre s’adresse à des particuliers. Son objectif modeste s’explique par la taille, modeste aussi, de notre structure. Les nouveaux actionnaires qui entreront au capital vont nous booster, c’est ce que nous recherchons. Nous avons réussi cette première étape qui était de créer de la valeur. À présent, nous recherchons des profils d’investisseurs patients ou cherchant à s’exposer à des fonds innovants comme les technologies quantiques. Et ce nouvel Audacia, nous allons le construire ensemble.

Il semble que l’ESG soit proche de la racine de votre activité, à la fois en tant qu’entreprise et dans les fonds que vous pilotez.

C’est en effet une préoccupation majeure pour nous, dans la sélection de nos nouveaux investissements comme dans le suivi de nos fonds actuels. Cet engagement se matérialise dans la nature des domaines que nous cherchons à dynamiser. Les technologies quantiques, par exemple, nécessite infiniment moins d’énergie que celles que nous utilisons actuellement. Rien que cela suffit à en faire un enjeu majeur dans la lutte contre le dérèglement climatique. C’est une évidence bien sûr pour la transition bio des secteurs agricoles et agroalimentaires. Mais, au sein de la société de gestion également, nous intégrons les enjeux ESG au cœur de notre fonctionnement. L’opération que nous démarrons en est un bon exemple, car elle permet à l’ensemble des collaborateurs qui le souhaitent de devenir actionnaires.

Comment exprimeriez-vous la mission d’une entreprise comme la vôtre ?

Notre raison d’être, c’est d’accompagner la création de leaders mondiaux européens et français. Marre du complexe français qui se retient et qui se bride tout seul ! Il nous faut être plus ambitieux pour exister face aux entreprises d’autres pays décomplexés comme la Chine et les États-Unis. Le potentiel existe, il faut l’activer en accompagnant notamment des leaders régionaux vers un statut de leaders mondiaux. Il est temps que l’Europe se réveille. Et, pour nous, de participer à cette bataille !

Cette introduction en bourse peut être souscrite en ligne avec EasyBourse sur https://www.easybourse.com/introduction-en-bourse/ALAUD-27092021 .


Les informations mentionnées dans cette interview sont fournies à titre purement informatif. Easybourse ne saurait être tenue responsable d'une décision d'investissement sur la base de cet article. Le placement en bourse est risqué, vous pouvez subir des pertes.

Interview réalisée par Aymeric Jeanson