Espace International - News, articles, interviews et dossiers

Interview de Jean Paulic : Président directeur général

Jean Paulic

Président directeur général

Accompagner la mutation d'un monde vers un autre

Publié le 31 Janvier 2020



Votre entreprise Paulic entre ce 29 janvier 2020 sur le marché Euronext Growth. Pourriez-vous nous la décrire rapidement ?


Paulic est une meunerie familiale créée en 1957 et dont le siège est situé à Pontivy, en Bretagne. Je représente moi-même la quatrième génération depuis sa fondation. Aujourd’hui, l’entreprise compte 34 collaborateurs et enregistre une production annuelle de plus de 20 000 tonnes de farines depuis trois ans. En Bretagne, elle se hisse au 3e rang des meuneries, et au 3e rang national sur le marché des farines de sarrasin. Plus précisément, l’activité de Paulic s’articule aujourd’hui autour de trois moulins pour un chiffre d’affaires réalisé de 8,5 millions d’euros en 2019. Nos forces ? Notre ancrage local et notre souci permanent de la qualité du produit. Nous cherchons avant tout à accompagner la mutation d’un monde vers un autre, dans le respect de la demande générale. Et pour cela, il faut travailler sans relâche. Et innover.


Quels sont les produits conçus et commercialisés par Paulic ?


Ils sont de trois sortes : la farine blanche, aussi appelée farine de froment ; la farine de sarrasin, tirée du blé noir ; la farine de son, issue du retraitement des enveloppes séparées des grains. La haute qualité de nos farines repose à la fois sur les contrôles rigoureux effectués à chaque étape du processus, sur la compétitivité exprimée notamment dans la qualité de notre outil industriel, et sur la naturalité garantie par notre procédé Oxygreen.


Oxygreen, un procédé innovant reposant sur l’ozonisation...


C'est l'un des grands résultats de notre partenariat avec l’Institut Polytechnique UniLasalle de Rouen, initié il y a dix ans et signe fort de la place essentielle tenue par la recherche dans la stratégie de l'entreprise. Oxygreen est une technique brevetée destinée à purifier et séparer la couche périphérique des grains grâce à l’ozone. Notre premier équipement opérationnel date de 2006 et permet, au moment du nettoyage des grains avant broyage, d'éliminer toute trace de produits chimiques et de renforcer la naturalité du grain par l'oxydation des amidons et le renforcement du taux de fibres solubles.


Concrètement, quels sont les effets sur vos produits ?


Les farines de froment et de sarrazin Paulic, commercialisées sous la marque Qualista, présentent de fait une très grande pureté sanitaire et un meilleur goût que celles de nos concurrents. Surtout, les produits Qualista ne demandent aucun complément additif ni conservateur et présentent un profil riche en fibres et plus digeste. En comparaison, les farines labellisées bio passent bien le test de la pureté sanitaire. Mais on doit ensuite leur ajouter des substances pour préserver leur qualité nutritive.


Qu'en est-il de la farine de son ?


Paulic la travaille sous la forme d'un produit spécifique appelé « Nourrifibre ». Celui-ci, comme son nom l'indique, ne déroge pas à l'usage traditionnel du son qui est de servir d'aliments pour les animaux. Toutefois, c’est plus précisément l’élevage d’insectes, l’entomoculture, que vise notre produit. Et les effets d’Oxygreen y sont spectaculaires : à quantité égale d’intrants, les populations nourries au Nourrifibre comptent 1,8 fois plus d'insectes, chacun plus de deux fois plus riches en protéines et présentant un taux d’acide laurique, aux propriétés anti-microbiennes, plus de dix fois supérieur. La grande vulnérabilité des colonies d’insectes aux résidus chimiques cachés dans leur alimentation représente pour les éleveurs un risque permanent que Nourrifibre fait disparaître.


Vous êtes la première entreprise de meunerie à effectuer votre introduction en bourse. Quel est le marché sur lequel vous évoluez ?


Le marché français de la meunerie est le deuxième d'Europe et pèse presque deux milliards d’euros. Les débouchés sont importants : les industriels de l'alimentation, le conditionnement en sachets, l'alimentation animale, mais surtout pour 62 % les différents acteurs de la panification. Et force est de constater que les atouts de Paulic correspondent aux tendances de fond de ce marché, orienté vers une recherche de proximité, de naturalité et de bien-être. Paulic dispose donc de clients prêts à payer le prix de la qualité.


Quels sont vos concurrents ?


Pour l'activité traditionnelle, ils sont nombreux. Ils produisent des farines industrielles et des farines conventionnelles destinées aux boulangeries artisanales ou aux ateliers de grandes surfaces. Quelques-uns seulement de ces acteurs respectent les exigences des labellisations Farines Bio, Farines de blé noir et Farines certifiées Label rouge. Et, dans cet environnement resserré, Paulic est la seule entreprise à bénéficier de l'avantage stratégique déterminant que représente Oxygreen.


Dans ce contexte, quelle est la raison de votre entrée en bourse ?


Depuis le début des années 2000, Paulic a vécu une phase déterminante de son développement : celle de la focalisation sur la naturalité et l’innovation. Les sept dernières années de croissance consécutive des ventes de produits Qualista, sans aucun effort de démarchage commercial, témoignent du succès de cette stratégie. La position centrale de l'entreprise en Bretagne nous a en effet suffi pour nous déployer sur ce marché important. Par ailleurs, les débuts très encourageants de Nourrifibre sont à replacer dans un contexte de très fort développement de l'entomoculture d’ici 2025, et d’une multiplication de ses domaines d’application. C’est pourquoi Paulic doit désormais se projeter vers une nouvelle étape : celle du changement de dimension. Pour cela, nous devons en priorité financer le développement de nos infrastructures industrielles afin d’accroître nos capacités de production, acquérir de nouveaux moulins et muscler notre service marketing. En entrant sur le marché Eurnonext Growth, nous envisageons ainsi de lever entre 7 et 9,3 millions d'euros, intégrés dans un plan d'investissement global de 13 millions d'euros d'ici à 2023.


En plus de la technologie, quels sont les atouts forts de l’entreprise ?


D'abord, un accès local et sécurisé à la matière première. Chez Paulic, celle-ci bénéficie dans le processus de production de la modernité et de la grande capacité de notre outil industriel. Autre avantage, nous disposons d'un laboratoire intégré à l'entreprise, ce qui garantit une sécurité et une recherche de qualité optimales. Enfin, nos produits se différencient de la concurrence par des qualités spécifiques reconnues par une clientèle déjà diversifiée et fidélisée. En 2018, nous comptions déjà plus de 700 clients, dont un nombre important de grandes enseignes qui nous font confiance. Autant de raisons de se montrer très optimiste au sujet du déploiement commercial de notre activité parvenue au stade de la maturité.


Quelles sont vos ambitions à moyen terme pour Paulic à la suite de cette opération ?


Nous voulons, en 2023, atteindre un chiffre d'affaires annuel de 50 millions d'euros en dégageant une marge brute de 50 à 55 %. Concrètement, l'objectif est de devenir dans le même temps le premier producteur français en farine de sarrasin, le principal fournisseur de farine de froment en Bretagne et le leader mondial de l'alimentation destinée aux élevages d'insectes.

EasyBourse