Espace International - News, articles, interviews et dossiers

Interview de Brice Chambard : Fondateur et PDG de Obiz

Brice Chambard

Fondateur et PDG de Obiz

Obiz, première goodtech à entrer en bourse

Publié le 10 Mai 2021

Pour commencer, pourriez-vous nous présenter Obiz en quelques mots ?

Obiz est une entreprise lyonnaise que j’ai créée comme un cadeau de noël le 24 décembre 2010 et qui, 10 ans plus tard, compte aujourd’hui 35 collaborateurs. Sa spécialité est de concevoir, en marque blanche, des solutions de marketing relationnel innovantes et responsables, dans le double objectif de permettre aux entreprises de fidéliser leurs clients et leurs collaborateurs. À ce titre, notre nom est révélateur : « Obiz » comme « Hobbies ». Car notre ambition est avant tout celle d’une entreprise à missions : améliorer le bien-être et le pouvoir d’achat des individus en leur donnant accès aux meilleures offres dans les domaines de la pratique sportive, du monde associatif et des loisirs. Pour cela, nous nous appuyons aujourd’hui sur un réseau de 35 000 partenaires commerciaux, constitués de plus de 600 grandes enseignes mais surtout des milliers de commerces et points de vente locaux. Les produits ou services de ces partenaires sont à ce jour intégrés à 34 programmes relationnels et affinitaires que nous pilotons pour le compte de nos clients entreprises et qui sont destinés à leurs 7 millions de bénéficiaires. Sur l’exercice 2020, le chiffre d’affaires réalisé par l’entreprise s’établit à 15,4 millions d’euros, en croissance de 62 % par rapport à l’année précédente. Obiz est également une société rentable.

Comment décririez-vous le cœur de votre activité ?

Obiz, c’est une entreprise tech qui cherche à faire du bien. On parle d’ailleurs de « goodtech » ! Notre objectif, c’est d’aider les entreprises à conquérir et fidéliser à la fois des clients et leurs collaborateurs. Comment ? Je suis entraîneur et président d’association sportive. Donc bien placé pour savoir que quand on est bien dans son corps, bien dans sa tête on est bien en société. Et c’est ce que nous recherchons : influer positivement sur le pouvoir d’achat pour inciter à l’engagement sportif ou associatif, à l’investissement dans les loisirs ou le bien-être. Concrètement, les offres exclusives issues des partenaires que nous proposons permettent aux bénéficiaires de réaliser en moyenne 2 125 € d’économies annuelles sur le budget de leur foyer. Ce chiffre est issue d’une étude réalisée l’année dernière par IPSOS sur une base INSEE. Le contact que nous établissons entre les offres de nos 18 000 partenaires locaux et les individus représente un engagement fort en faveur des territoires : en effet, nous ne prenons aucune commission et ne demandons pas de droit d’entrée à nos partenaires. Nous leurs donnons également accès à notre solution pour réduire leurs coûts de structure et les aider à nous réserver leurs meilleures offres. En échange, ils prennent l’engagement de nous transmettre leurs meilleures offres et meilleurs prix. Tout cela est transparent et indiqué dans la charte Obiz confiance. Nous espérons ainsi accélérer leur développement en incitant le consommateur à s’engager. Bref, soutenir l’économie, revitaliser le tissu local et fournir un moyen de pratiquer une activité ou partir en vacances à moindre coût : voilà qui résumerait bien nos missions !

Sur quels piliers repose le fonctionnement de votre entreprise ?

Le socle essentiel de notre activité, sans surprise, est la data. Mais, à la différence d’autres intervenants sur notre marché, nous en faisons une utilisation à la fois responsable et éthique. Responsable, car nous collectons à la fois des données liées aux offres promotionnelles de nos partenaires, aux habitudes de consommation des bénéficiaires et au profil de ces bénéficiaires auprès de nos entreprises clientes. C’est l’utilisation optimisée de ces informations qui synthétise tout l’intérêt de la démarche Obiz, afin de générer un trafic qualifié, des informations sur les habitudes clients et sur les meilleures offres du marché. Notre stratégie repose tout autant sur une exigence éthique. Nous pratiquons d’abord une exclusivité sectorielle pour nos clients entreprises, avec pour conséquence de nous donner les moyens de nous différencier de nos concurrents et de favoriser un travail dans la durée. Par ailleurs, notre utilisation des données est responsable : nous apportons une attention extrême à leur sécurisation et à leurs conditions de stockage, et nous n’en sommes pas propriétaires. Car Obiz, c’est essentiel, n’est ni loueur ni vendeur de data. La data issue des bénéficiaires reste la propriété exclusive de nos clients.

Si vos partenaires peuvent se référencer gratuitement chez Obiz, quel est votre modèle de rémunération ?

Notre modèle de revenu est double et complémentaire. Tout d’abord, nous proposons à nos entreprises clientes des plateformes de programmes relationnels et affinitaires sur mesure. Les revenus issus de cette activité s'appuient sur une forte récurrence avec un modèle d'abonnement (90% du chiffre d'affaires des programmes est issu des abonnements et de la maintenance applicative selon des contrats pluriannuels d'une durée initiale comprise entre 3 à 5 ans) et génèrent une marge brute comparable à celle d'un éditeur de logiciels.
Deuxième modèle, celui de nos boutiques e-commerce. Elles s’adressent à la fois aux clients de nos clients, dans une perspective externe, mais aussi en interne à leurs collaborateurs via les Comités d’entreprises, pour lesquels elles représentent un outil pratique et intéressant. À ce jour, nous travaillons avec environ 2000 d’entre eux. Ces boutiques e-commerce comprennent trois niveaux de complexité dont seul le premier est gratuit : un modèle simplifié, un modèle singularisé et un modèle sur-mesure. Obiz se rémunère via un modèle d’abonnement.

Pourriez-vous nous donner un ordre d’idée du résultat de ces deux modèles ?

Sur l’année 2020, la conception, le pilotage et l’animation des programmes ont généré un chiffre d’affaires de 2,7 millions d’euros. La partie boutiques e-commerce a de son côté rapporté 12,7 millions d’euros.
De façon générale, la dynamique de croissance de Obiz est à la fois très solide et ininterrompue avec un chiffre d’affaires multiplié par quinze entre 2015 et 2020, soit une croissance annuelle moyenne de +70% depuis 5 ans. Malgré l’effet de la pandémie, l’accroissement se poursuit d’ailleurs sur 2021 avec un chiffre d’affaires déjà sécurisé de 21 millions d’euros, et ceci malgré l’appauvrissement temporaire de nos offres lié à l’effet de la crise sanitaire sur le tourisme, le loisir et la pratique sportive. Tous les signaux sont donc au vert, et le terrain à conquérir est immense en France et à l’international !

Pour quelles raisons Obiz fait-il son entrée en Bourse aujourd’hui ?

L’entrée d’Obiz sur le marché boursier représente un moment très important. D’abord, nous sommes la première « goodtech » à entrer en Bourse. Pour l’entreprise, c’est l’occasion de réaliser une levée de fond de 8 millions d’euros destinés en priorité à atteindre l’objectif d’un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros et d’un Ebitda de 8 millions d’euros en 2025. Pour cela, nous allons chercher à doubler le nombre de programmes relationnels à cet horizon, accélérer la croissance de nos boutiques e-commerce et à accroître la rentabilité de notre plateforme en lançant de nouvelles offres à de nouveaux profils de clients. Obiz bénéficie de l’accompagnement de la BPI pendant encore un an et demi dans la perspective d’une stratégie de croissance externe. Et, comme nous l’avons déjà montré par le passé en réalisation l’acquisition de la plateforme e-commerce « Mes achats moins chers » en 2016, nous savons intégrer des entreprises. Justement, nous avons bien l’intention de continuer. 55 % des fonds levés seront ainsi destinés à la croissance organique d’Obiz, et 45 % à sa croissance externe. À ce titre, nous avons identifié à l’heure actuelle une trentaine de sociétés qui pourraient nous intéresser.

Quels éléments vous rendent optimistes quant à la réussite de votre pari pour 2025 ?

La période malheureuse que nous traversons nous prouve que nous sommes profondément en phase avec l’attente des consommateurs. Par exemple, 67 % des Français pensent que les achats locaux sont importants pour la communauté. Les prix et promotions sont aussi le premier critère de choix ! Dans ce contexte, nous apportons les offres les plus généreuses du marché provenant d’acteurs dont une très grande partie sont engagés dans le « made in France », le bio, l’éthique ou le local. Notre plateforme produit par ailleurs des résultats remarquables, comme en témoigne un taux d’activation moyen en croissance régulière, passé de 8,3 % en 2011 à 11,7 % en 2020. Or on considère, dans notre domaine, que 8 % est le seuil de réussite d’un programme relationnel… et nous l’avions donc atteint dès notre première année ! Notre principal levier de développement, c’est notre volonté d’initier entre 5 et 7 nouveaux programmes chaque année dans les très nombreux secteurs où nous ne sommes pas encore déployés. Nous allons aussi chercher à améliorer nettement de notre rentabilité. Et, à moyen terme, à nous ouvrir à de nouveaux profils de clients, comme joindre des consommateurs en direct.

Obiz est-il présent aujourd’hui à l’international ?

À ce jour nous sommes présents en Belgique depuis 2015, mais de façon modeste avec deux clients, dont Axa. Notre stratégie là-bas est de continuer à croître de manière organique en accompagnant nos clients français et en recrutant de nouveaux clients locaux. Nous avons aussi l’ambition de nous positionner rapidement sur d’autres territoires européens comme l’Italie, l’Espagne et le Portugal avec une double stratégie de croissance organique et externe, à la fois en accompagnant nos clients et en acquérant des réseaux affinitaires locaux. Bien sûr, nous prévoyons aussi de renforcer notre présence en Europe avant de viser d’autres continents.

Votre entreprise est très engagée en termes de RSE. Pouvez-vous nous en dire plus ?

C’est une fierté pour nous, en effet, car ces valeurs sont ancrées dans l’ADN même de la société. Notre note globale Ethifrance est de 68/100 ce qui correspond à un niveau « Avancée + », et j’espère bien que nous arriverons à la faire progresser davantage. Par ailleurs, notre comité de direction compte huit personnes dont cinq femmes, et ses décisions se prennent à la majorité. Le conseil d’administration compte lui deux femmes et deux hommes. Par ailleurs, nous avons reçu notre certification RSE par l’AFNOR et entre autres titres la récompense d’Entreprise la plus sportive de France en 2019. Comme un clin d’œil, notre dernière activité teambuilding nous a menés tout en haut du mont Blanc !

Aymeric Jeanson
 

_