Interview de Frédéric CHESNAIS : Fondateur et président de Crypto Blockchain Industries

Frédéric CHESNAIS

Fondateur et président de Crypto Blockchain Industries

L'ADN de CBI, c'est d'ouvrir la voie

Publié le 23 Janvier 2023

Pourriez-vous s’il vous plaît nous présenter en quelques mots la société Crypto Blockchain Industries ?

Nous sommes une entreprise française qui développe des mondes virtuels ouverts à tous et centrés sur des thèmes variés comme la musique, le football, les jeux vidéo, les arts digitaux ou la photographie.

L’ensemble de ces mondes sont reliés à un hub central, AlphaVerse, point d’entrée de l’ensemble. Pour nos utilisateurs, l’accès à ces univers s’opère de manière libre, et des contenus optionnels sont proposés, accessibles par paiement via monnaies classiques ou crypto devises.

À ce jour, Crypto Blockchain Industries, créé en 2021 lorsque j’ai quitté Atari, compte une cinquantaine de personnes, pour une partie en interne et pour une autre partie dans des studios externes. La particularité de l’entreprise est donc, malgré son apparente jeunesse, qu’elle s’appuie sur des équipes dont les managers travaillent dans ce domaine depuis une vingtaine d’années.

Les mondes virtuels que vous proposez sont-ils tous réalisés par Crypto Blockchain Industries ?

Nous développons en effet la plupart de ces mondes nous-mêmes. Cependant, pour accélérer notre développement et accroître notre offre client dans un secteur où la proposition permanente de nouveautés est une nécessité, nous connectons aussi à notre hub d’autres mondes virtuels créés par d’autres. L’objectif est de nous diversifier et d’accélérer en nous donnant accès avec agilité à des compétences et des expériences que nous n’avons pas vocation à développer en interne.

En quelques mots, comment présenteriez-vous le principe de la blockchain ?

La blockchain est une technologie qui permet de stocker, identifier et valider des transferts d’informations par internet. Aujourd’hui, pour les actions du quotidien comme l’achat d’une baguette de pain, elle n’a pas encore d’utilité. Mais elle permet d’identifier et de sécuriser avec certitude ce qui est vendu, par qui et à qui.

Par exemple, si tous les billets de cent euros étaient basculés sur la blockchain, je pourrais désormais connaître la date à laquelle celui que je détiens a été créé, par quelle banque centrale il a été émis, et la référence de chaque portefeuille par lequel il sera passé. Pour finir, le registre de la blockchain est ouvert et accessible à tous, mis à jour en temps réel et impossible à falsifier.

Une technologie qui porte en elle une révolution des usages…

C’est incontestable. Après le milieu des années 1990, dans les débuts d’internet, nous pensions qu’il ne s’agissait que d’une messagerie capable d’envoyer des pièces jointes. Regardez où nous en sommes aujourd’hui… C’est la même chose avec la blockchain. Nous sommes encore actuellement dans la phase des pionniers, dans laquelle notre entreprise est engagée. Après cette étape se présente celle de l’adoption par les utilisateurs. Et puis, il y a aura des versions successives qui permettront d’affiner et développer l’outil.

Le grand public aujourd’hui ne comprend pas forcément la finalité de l’expérience car nous ne nous trouvons pas encore dans la phase d’application massive de cette technologie. Quel est le sens précis des premiers déploiements de Méta, par exemple ? Pour ma part, je comprends ce qu’ils font, et je sais qu’eux aussi savent très exactement où ils vont. Il faudra encore deux ou trois ans pour que la blockchain, de manière évidente, intègre notre quotidien et celui du grand public, mais elle aura des conséquences immenses. Et irréversibles.

Comment décririez-vous l’expérience proposée par Crypto Blockchain Industries ?

Je dirais qu’il s’agit de se poser comme LE point d’entrée vers un usage totalement nouveau de l’interactive entertainment. Nous offrons pour cela à un très large public des expériences innovantes en ligne grâce à la blockchain. Un exemple : nous recréons par exemple des stades de football en 3D dans lequel les utilisateurs peuvent acheter des sièges, qui restent ensuite leur propriété. L’occasion pour eux de faire partie d’une liste limitative, de recevoir des photos et des messages de bienvenue, mais aussi de participer à des mini-jeux comme des tombolas ou de revendre leurs places à d’autres personnes sans passer par des intermédiaires…

Votre entreprise fait-elle face à des concurrents sur ce secteur de l’entertainment digital ?

Je l’ai dit, nous sommes des pionniers. Et c’est vraiment dans l’ADN de Crypto Blockchain Industries d’ouvrir la voie. Nous voulons fédérer le plus possible d’univers dans notre hub et devenir ainsi l’un des points d’entrée incontournables dans ce nouvel écosystème. À ce jour, notre positionnement est très spécifique dans la mesure où nous proposons cette triple option « free to play » / paiement en monnaie standard / paiement en cryptodevises ». C’est pour nous un positionnement fort qui s’explique par notre objectif de chercher à séduire aussi les personnes qui n’ont pas encore confiance dans la cryptomonnaie. Notre vocation est en effet de nous adresser à tous ceux qui sont intéressés par l’immersion dans cette expérience virtuelle. Et, via des partenariats, à dupliquer notre contenu sur le plus de plateformes possible afin de gagner en visibilité.

L’innovation est un levier essentiel de votre proposition de valeur. Comment la nourrir ?

Aujourd’hui, notre proposition est très innovante car cette galaxie virtuelle représente un véritable nouveau monde à découvrir. D’ici environ cinq ans, la situation aura toutefois changé car les nouveaux usages en auront fait une expérience du quotidien. Toutefois, nous allons continuer à enrichir notre proposition client avec l’ambition de nous tenir à la pointe de la nouveauté et de faire évoluer en permanence notre utilisation de la technologie afin de nous maintenir dans le flux de l’innovation.

Vous opérez aujourd’hui une augmentation de capital. Pouvez-vous nous décrire l’opération ?

En 2021, Crypto Blockchain Industries avait réalisé lors de sa première année d’existence son entrée en bourse par inscription directe. Cette fois-ci, nous engageons une offre publique d’achat afin de réaliser une augmentation de capital et lever 4,9 millions d’euros par émission d’ABSA. Dans le cas d’un exercice intégral de ces BSA, ce que nous espérons, le montant pourrait atteindre 7,7 millions d’euros.

Quels sont les objectifs de cette opération ?

Notre objectif prioritaire est de continuer à nous donner les moyens de développer fortement AlphaVerse, pour environ 65 % de notre objectif. Nous cherchons aussi, pour 20 %, à maintenir notre avance dans des domaines comme celui du football et de la musique, en saisissant des opportunités de développement de nouveaux jeux en partenariat. Ces domaines représentent en effet déjà une très grosse audience qui s’accroît sans cesse. Dernier objectif de cette opération boursière, représentant 15 % du produit de l’émission, nous souhaitons constituer une réserve pour de futures acquisitions qui renforceraient le maillage de notre écosystème blockchain.

Pour finir, comment synthétiseriez-vous la rupture que représente l’arrivée à maturité de la technologie blockchain ?

De façon extrêmement pratique, il y a cinq ans encore la propriété physique était ce qui importait le plus : le papier faisait foi. Désormais, la donne a changé : le papier ne suffira plus pour entrer dans un stade ou une salle de concert. Et d’ici quelques années, c’est la détention d’un ticket digital, vérifiable en temps réel sans falsification possible, qui vous ouvrira la porte. C’est la véritable révolution qui s’opère en ce moment : la détention digitale prime désormais la détention physique. Et c’est justement, chez Crypto Blockchain Industries, le cœur de notre proposition de valeur.

Propos recueillis par Aymeric Jeanson

Aymeric Jeanson

Prix entreprise citoyenne cotée en bourse