Espace pédagogique - Les fiches

Les indicateurs macroéconomiques

Les indicateurs français Les indicateurs étrangers

- Créations d’entreprises : calculée chaque mois, en données corrigées des variations saisonnières (CVS) pour permettre les comparaisons mensuelles, par l’Insee, la série des créations d’entreprises est constituée à partir des informations du répertoire Sirene. Toute entreprise, personne physique ou morale, est inscrite au répertoire lors de sa première déclaration de démarrage d’activité non salariée et reçoit alors un numéro d’identification unique.

L’Insee distingue la création pure (ou «ex nihilo») de la création par reprise (de tout ou partie des moyens de production d’une autre entreprise, rachat d’un fonds de commerce…) ou même par réactivation (une personne peut cesser son activité non salariée puis la reprendre. Elle retrouve alors le numéro d’identification unique qui lui avait été attribué la première fois).

- Dépenses de consommation des ménages en produits manufacturés : exprimé à prix constants, en données corrigées des effets de jours ouvrables et des variations saisonnières (CJO-CVS), cet indice est publié chaque mois par l’Insee.

- Enquête bimestrielle de conjoncture dans le commerce de gros : l’Insee effectue cette enquête auprès des grossistes. Le champ du commerce de gros retenu ne concerne pas les intermédiaires du commerce. L’échantillon utilisé comprend près de 4 000 entreprises provenant de diverses strates de la Nomenclature des activités françaises (NAF).

- Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages : l'Insee réalise depuis janvier 1987 l'enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages (elle remplace l'enquête quadrimestrielle menée jusqu'en octobre 1994). L'enquête présente l'avantage de mieux suivre l'évolution des opinions des ménages en mettant en évidence de manière plus précise les périodes de retournement. Présentée corrigée des variations saisonnières (CVS), elle permet l'étude de l'opinion qu'ont les ménages sur leur environnement économique et sur certains aspects de leur situation personnelle. Elle fournit des informations sur le comportement des consommateurs, ainsi que sur leurs anticipations en matière de consommation et d'épargne. Elle mesure les phénomènes conjoncturels tels qu'ils sont perçus par les ménages indépendamment de l'élaboration des indicateurs macro-économiques (prix, chômage, épargne...).

Les interrogations sont faites par téléphone auprès d'environ 2 000 ménages, avec saisie directe des informations depuis janvier 1991. Elles ont lieu au cours des trois premières semaines de chaque mois, sauf en août. L'évaluation du mois d'août est obtenue par interpolation linéaire des données issues des enquêtes de juillet et septembre.

- Enquête mensuelle de conjoncture dans l’industrie : l'Insee effectue cette enquête auprès des entreprises du secteur concurrentiel sur la situation et les perspectives d'activité dans l'industrie. Le champ de l'industrie retenu recouvre l'industrie manufacturière, les industries agro-alimentaires et les raffineries de pétrole. L'échantillon utilisé est constitué d'environ 4 000 entreprises. La plupart des questions de l'enquête porte sur les produits fabriqués par l'entreprise. Pour ces questions, on pondère par le chiffre d'affaires produit ou le chiffre d'affaires produit à l'exportation. Les seules questions qui n'obéissent pas à cette logique de produit concernent les perspectives générales. Pour ces dernières, on effectue une moyenne simple, sans pondération.

- ICA : les Indices de chiffre d'affaires mesurent mensuellement l'activité des entreprises des secteurs de l'industrie, de la construction, du commerce, des transports et des services marchands. Ils sont élaborés par l’Insee à partir des déclarations de chiffre d'affaires faites par les entreprises pour le paiement de la TVA. Le chiffre d'affaires retenu est le chiffre d'affaires total hors taxes (France, Union européenne, hors Union européenne). Ils sont calculés au niveau le plus fin de la nomenclature d'activités française dans le sens où 700 d’entre elles sont répertoriées (soit en NAF700) puis agrégés pour disposer d'indices pour les différents niveaux des diverses nomenclatures de synthèse telle que la Nomenclature d’activités de la communauté européenne (Nace). Les séries obtenues sont des indices en valeur (bruts ou corrigés des variations saisonnières et corrigées des jours ouvrables, CVS-CJO). Des indices en volume sont également calculés pour les services aux particuliers.

- IPC : établi par l’Insee, l’Indice des prix à la consommation mesure à partir d’un échantillon représentatif la variation du niveau général des prix TTC sur le territoire français. Au total, environ 200 000 prix sont collectés chaque mois. Ne sont pas compris dans le calcul de l’indice, les prix des services hospitaliers privés, de l’assurance vie et des jeux de hasard. L’IPC qui mesure l’inflation est publié chaque mois au Journal Officiel (JO).

Dans le cas de la zone euro (Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Finlande, France, Grèce, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas et Portugal), Eurostats calcule un indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) qui sert de référence quant au respect du critère de convergence des prix dans la zone.

-IPI : mesuré par l’Insee, l’Indice de la production industrielle (IPI) est un instrument qui mesure les variations des quantités produites dans l'industrie (usines, chantiers, mines et carrières). Les produits suivis sont situés à tous les niveaux des processus de fabrication. Ces indices sont mensuels, corrigés des variations saisonnières et des jours ouvrables.

- IPP : calculés par l’Insee, les Indices de prix à la production dans l'industrie pour le marché français mesurent l'évolution des prix de transaction, hors TVA, de biens issus des activités de l'industrie et vendus sur le marché français. Quant aux indices de prix à la production dans l'industrie pour les marchés extérieurs, ils traduisent l'évolution des prix de transaction (convertis en euros, donc incluant les effets de change) de biens issus des activités de l'industrie française et vendus sur les marchés extérieurs. La combinaison de ces deux indices, calculés à partir de relevés de prix mensuels de quelques 24 000 produits recueillis auprès d'un échantillon représentatif de 4 200 entreprises, détermine les indices de prix à la production dans l'industrie.

- Taux d’utilisation des capacités industrielles : Il s’agit d’un indice de croissance qui se définit comme étant le maximum de production qu’une usine peut maintenir dans un contexte de travail réaliste. Cet indice regroupe les secteurs manufacturiers et miniers, les biens d’utilité publique et les matériaux industriels et s’exprime en pourcentage de la production par rapport aux capacités.

Si le taux d’utilisation des capacités industrielles monte les marchés actions montent, peu de réaction du dollar, les obligations baissent et inversement.

- Commandes de biens durables : Il s’agit d’un indicateur précurseur majeur, très volatil (secteurs de la défense ou de l’aéronautique qui correspondent à d’importantes commandes et ont un impact non négligeable sur cette volatilité). Déterminé par enquête sur un échantillon de 50 000 entreprises internes, cet indicateur est publié la dernière semaine de chaque mois.

Si les commandes de biens durables montent les marchés actions montent, peu de réaction du dollar, les obligations baissent et inversement

- Indice des principaux indicateurs (LEI) : Indicateur précurseur qui permet de signaler à l’avance une tendance économique (reprise, affaiblissement de l’économie) :durée hebdomadaire du temps de travail (average workweek), demandes d’allocations chomage(initial claims), performance de vente (vendor performance), commandes en biens d’équipement(durable goods orders), nouvelles commandes en biens d’équipement, permis de conduire, var des biens durables non remplies, prix de certains biens sensibles, prix des actions du S&P 500, Masse M2, indice de confiance des consommateurs.

Si le LEI monte les marchés actions montent, peu de réaction du dollar, les obligations baissent et inversement

- Ventes de voitures neuves (NAPM) : Cet indice de croissance informe du nombre de ventes de voitures. Il s’agit d’un indice précurseur, c’est à dire qu’il permet à l’avance de déterminer une tendance vers une reprise ou un affaiblissement de l’économie.

NAPM=% de hausse - % de baisse+ 1/2 (% inchangé).

Cet indice est calculé suite à une enquête sur 6 thèmes et chaque composante est pondérée : production (25%) ; carnets de commande (30%) ; stocks (10%) performance à la vente (15%) ; emploi (20%).

NAPM > 50% : activité économique en expansion,

NAPM < 50% : signe de récession,

NAPM > 60% : politique monétaire qui risque de se durcir.

Si le nombre de ventes de voitures monte les marchés actions montent, le dollar monte, les obligations baissent et inversement.

- Construction de maisons neuves : Si le nombre de constructions de maisons neuves monte les marchés actions montent, peu de réaction sur le dollar, les obligations baissent et inversement.

- Ventes de détail : Cet indice de croissance, mensuel, permet de faire une prévision à partir des ventes de voitures neuves + ventes des magasins + jugements.

Si les ventes de détails montent les marchés actions montent, peu de réaction sur le dollar, les obligations baissent et inversement.

OK, tout accepter
Fermer