EasyBourse - Investir en bourse en ligne

Espace pédagogique

Qui gagne, qui perd en Bourse ?

Deuxième numéro de notre série 'La Bourse en 13 repères' issue de l’ouvrage: «Gagnez en Bourse par tous les temps, bloc-notes d’un investisseur», publié aux éditions Franel et rédigé par Paul Gagey.


Les investisseurs avisés aiment à dire : « un sou qui n’est pas perdu est un sou gagné ». Ce dicton révèle en fait un principe essentiel : la fonction des marchés financiers n’est pas de faire gagner de l’argent aux épargnants mais de capter leur épargne, par tous les moyens possibles.

On peut dire aussi qu’il y a mille façons de perdre de l’argent en Bourse et trois seulement d’en gagner : la chance, avoir une bonne info ou  bénéficier de l’irrationalité des autres participants aux marchés. Ce troisième cas de figure reste le meilleur ami de l’investisseur.

Les grands investisseurs (les investisseurs institutionnels) et les spéculateurs à effet de levier ont une forte probabilité de réaliser une mauvaise performance.

Contrairement à une opinion répandue parmi les étrangers au monde de la finance, la taille des fonds gérés est effectivement un lourd handicap à la performance financière. Les grands investisseurs ont en quelque sorte trop d’argent à gérer.

90 % des spéculateurs à effet de levier (« margin traders ») perdent en Bourse ! La durée de vie d’un compte à marge, utilisant « l’effet de levier » chez un courtier est de cinq ans environ. La durée de vie d’un « day trader » est d’un an (ces spéculateurs qui jouent sur un horizon d’un jour sont apparus avec la bulle financière Internet en 2000 en raison de la réduction importante des frais de courtage).


À retenir pour agir

Les marchés financiers sont un univers hostile. Esquiver les erreurs et pièges les plus courants constitue presque une garantie de succès
et permet d’éviter de nombreuses pertes.

L’achat d’options est à long terme une stratégie perdante : 80 % des options financières finissent avec une valeur nulle.

Repérer les investisseurs avisés : hommes d’affaires expérimentés, famille d’entrepreneurs, fonds d’investissement reconnus de longues dates. Les responsables d’entreprises en font aussi partie.
Les imiter est a priori une bonne idée.