Espace pédagogique - Les fiches

Les Zinzins

Communément surnommés les «zinzins», les investisseurs institutionnels sont des collecteurs d’épargne pour ensuite investir une partie importante de celle-ci en valeurs mobilières. Les zinzins regroupent trois types d’acteurs :

-      les fonds de pension

-      les banques

-      les compagnies d’assurances

-      les organisations de placement collectif

Un rôle majeur sur les marchés financiers...

Dès le milieu des années 1980, mais véritablement pendant la décennie 1990, on a pu constater la croissante «institutionnalisation» de l'épargne des ménages. Cette dernière est en effet, dans une proportion grandissante, collectée et gérée par des investisseurs institutionnels tels que les OPCVM (Organismes de placement collectif en valeurs mobilières, regroupant les Sociétés d'investissement à capital variable [Sicav] et les fonds communs de placements [FCP]), les sociétés d'assurance, les fonds de pension.

Ainsi, en France, les compagnies d'assurance-vie sont devenues en quelques années des acteurs majeurs du système financier et aux Etats-Unis, l'industrie des mutual fonds a connu un essor remarquable.

Les zinzins exercent en effet un rôle indéniable sur les marchés financiers, ne serait-ce que de part la masse d’argent qu’ils manipulent. Ainsi, on a pu constater que dans les pays où les fonds par capitalisation sont importants, les marchés des valeurs mobilières sont très développés.

Mais les zinzins peuvent également avoir un rôle économique, dans la mesure où les fonds qu’ils placent sur le marché servent, pour partie, à alimenter le capital-risque, donc à stimuler la création d’entreprises.

Un rôle qui se renforce

Etant donné le vieillissement de la population, le rôle des investisseurs institutionnels, qui se voit confier l’épargne, est allé en augmentant. De fait, le besoin de faire croître son épargne de retraite s’impose aux citoyens de plus en plus [surtout dans les pays n’ayant pas de système par répartition], de même que pour les fonds qui doivent trouver des investissements rentables pour servir des rentes de vieillesse plus longtemps.

 Dans quoi investissent les institutionnels ?

La composition des actifs des fonds de pension peuvent considérablement varier d’un Etat à un autre. Ainsi aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, les fonds détiennent essentiellement leurs actifs sous forme d’actions, tandis qu’en Allemagne et en Italie, ils privilégient davantage les obligations.

L’enquête EIAMS de juillet 2008 qui mesure le développement des investissements alternatifs depuis 2002 a confirmé la place dominante des investissements immobiliers au sein de l’univers des investissements alternatifs et cela sur l’ensemble de la période 2002-2008. Les ETF (exchange-traded funds) ou trackers et les placements d’investissement socialement responsable (ISR) ressortent comme de nouvelles tendances en vogue auprès des investisseurs institutionnels.

La sécurité de ces placements est certes capitale, puisque ce sont prioritairement les retraites de nombreuses de personnes qui sont en jeu, néanmoins pour que les caisses puissent obtenir des rendements plus importants en vue de financer le nombre accru de retraites, les gestionnaires adoptent des systèmes sophistiqués de gestion des risques. Dans l’ensemble, leurs critères de choix sont la régularité des performances, suivie de la solidité financière, du processus de gestion et de la qualité du «reporting», à savoir la communication sur les événements importants.

Toujours selon l’étude EIAMS, la majorité des investisseurs institutionnels européens prévoit d’augmenter leur allocation en faveur des actions, de l’immobilier comme au profit d’autres produits d’investissement alternatifs. En termes d’allocation d’actifs moyenne sur l’ensemble des pays couverts par l’enquête, les investisseurs institutionnels détiennent environ 32% de leurs actifs en actions, 51% en obligations et 5% pour chacune des 3 classes suivantes : les produits de trésorerie, l’immobilier, et les produits alternatifs.

Les différents types d’investisseurs institutionnels :

 1 - Les fonds de pension

Les fonds de pension ont pour vocation le financement des retraites, ce qui explique leur fort essor dans les pays disposant de systèmes de retraite par capitalisation (l’épargne est ainsi confiée à un fonds de pension), comme aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni.

2 - Les compagnies d’assurances

En ne prenant en compte que le poids global des actifs financiers gérés par les compagnies d’assurances dans chaque pays, il apparaît que ce secteur prend une place de plus en plus importante. Dominé par les Etats-Unis et le Japon qui «pesaient» environ 2200 et 1500 milliards d’euros respectivement en 1996, la France pesait en 2007 près de 1400 milliards d’euros...

3. Les organismes de placement collectif (fonds de placement, OPCVM)

Il s’agit de la catégorie d’investisseurs institutionnels dont la croissance globale a été la plus intense au cours des dix dernières années, dans l’ensemble des pays industrialisés. Cet essor s’explique par le fait que les fonds de placement sont devenus le principal instrument de placement en titres négociables pour les particuliers, auxquels on peut ajouter les fonds spéculatifs (hedge funds).

OK, tout accepter
Fermer