EasyBourse - Investir en bourse en ligne

Barnard MAROIS

Bernard Marois
Président d'honneur

Diplômé d'HEC, MBA de l'Université Columbia de New-York et docteur en sciences de gestion. Il est actuellement professeur au Groupe HEC.

Il a publié de nombreux ouvrages et écrit régulièrement dans des revues spécialisées.

Il est spécialiste de finance internationale et consultant auprès de grandes banques.

La France au lendemain de l'élection présidentielle

publié Mercredi 06 Juin 2012

Les débats précédant le scrutin présidentiel ont porté sur deux catégories de questions ; des thèmes économiques, tels que le pouvoir d’achat ou le chômage, d’une part, et des problèmes de société : sécurité, immigration, d’autre part. Ceci étant, les débats ont bien montré que ces thèmes étaient interconnectés : ainsi, le devenir de l’immigration, au-delà des conséquences sociales, en terme d’intégration dans la société française, pose aussi un problème économique. Quel en est le coût (retombées négatives) et quelles en sont les aspects positifs (revenus fiscaux et contribution à une démographie favorable) ? De même, le maintien du chômage à un taux élevé entraîne des conséquences sociales (territoires plus défavorisés, donc risques d’explosions de mécontentement) et politiques (importance du chômage chez les jeunes). Pourtant, un thème essentiel a été pratiquement oublié pendant la campagne : « la compétitivité » de l’économie française. Celle-ci s’est fortement détériorée, par rapport à nos principaux concurrents depuis 10 ans.

A titre d’illustration, les coûts de production français ont augmenté d’environ 20% par rapport aux coûts allemands. Les raisons en sont largement connues : les 35 heures, la hausse des cotisations sociales, des efforts insuffisants en matière de recherche et de développement. Les conséquences en sont dramatiques : délocalisations industrielles accélérées, hausse du déficit commercial (70 millions d’euros, soit environ 2,5% du PIB !) Or ce manque de compétitivité est une cause directe de la faiblesse de notre croissance (second thème un peu oublié dans les débats présidentiels). Il faut le répéter une fois de plus : nous n’arriverons à mener à bien le processus de désendettement public que si nous maintenons un certain niveau de croissance. L’exemple des pays européens les plus touchés par la crise, à savoir la Grèce, le Portugal, l’Espagne et l’Italie démontre clairement que l’austérité et donc la récession qui l’accompagne (-5,5% pour la Grèce en 2011 ; -1,6 prévu en 2012 pour l’Espagne et -1,9% pour l’Italie dans le même temps) empêchent toute réduction de la dette publique, dans la mesure où l’absence de croissance (et donc de recettes fiscales substantielles) conforte le déficit budgétaire et entretient la spirale d’augmentation de l’endettement publique.

Pourquoi ce sujet brûlant n’a t’il pas été abordé au cours de la campagne présidentielle ? En grande partie, parce que les électeurs ne perçoivent pas malheureusement l’importance de ce thème. Rappelons que seulement 30% des Français sont favorables à l’économie de marché, alors que tous les autres pays se situent aux alentours de 60% -70% ! Les électeurs semblent majoritairement souhaiter : plus d’Etat, car cela implique une plus grande protection, « moins de libre-échange » (rebâtissons des frontières, quittons l’espace Schengen, renégocions les traités européens) etc. Bref, c’est le repli sur l’hexagone qui est considéré comme le mot d’ordre général. Or, l’histoire nous enseigne que cela ne fonctionne pas. Nous l’avions déjà expérimenté en 1981, quand Mitterrand, à l’encontre du reste du monde qui se tournait vers la privatisation de l’économie et la réduction des coûts, a lancé la France dans l’utopie (vagues de nationalisation, semaine de 39 heures, hausse des impôts) jusqu’en 1983, où la réalité est revenue s’imposer en force. Malgré cette expérience malheureuse, les Français sont, semble t’il, prêts à « remettre le couvert », allant à l’opposé du reste du monde. Ainsi, au même moment, la Grand Bretagne de Cameron décide de privilégier la croissance (baisse des impôts, réindustrialisation), tout en pratiquant des coupes sévères dans la dépense publique. C’est ce type de politique dont il faut s’inspirer : il faut créer de la richesse, avant de vouloir la distribuer. La France a voulu pendant trop longtemps (30 ans) favoriser la demande, en distribuant artificiellement du pouvoir d’achat, dont une partie croissante contribue à accroître nos importations. Les gouvernements successifs se sont donc désintéressés de l’offre et de ses contraintes (améliorer la productivité des entreprises françaises, favoriser l’investissement à long terme, aider les exportations, renforcer la formation « professionnelle).

Sans une croissance qui perdure, la France ne pourra pas se désendetter ; pire, elle devra emprunter pour financer un déficit budgétaire qui sera résiliant, car les dépenses publiques dépasseront toujours les recettes fiscales, « anémiées » en période de stagnation économique. Pour conclure, on peut dire que l’erreur fondamentale de notre politique économique est de vouloir entamer le processus de mise en œuvre en répondant à la question : « comment augmenter le pouvoir d’achat et diminuer le chômage », alors que la bonne question à poser est : comment rétablir la compétitivité de la France et, en conséquence, les moyens de la croissance économique ». Alors la baisse du chômage et l’augmentation de pouvoir d’achat en découleront naturellement.


Bernard MAROIS
Professeur Emérite HEC Paris
Président d’Honneur du Club Finance HEC


Les Editos
précédents

« La prochaine décennie (2016-2026) »

publié le Mercredi 20 Avril 2016 » Lire la suite

« Les paradoxes de la finance »

publié le Dimanche 13 Mars 2016 » Lire la suite

« Le modèle suisse »

publié le Lundi 25 Janvier 2016 » Lire la suite

« L'investissement, nerf de la bataille économique »

publié le Lundi 07 Décembre 2015 » Lire la suite

« Où va la Chine? »

publié le Mardi 01 Décembre 2015 » Lire la suite

« LES « EURO PRIVATE PLACEMENTS » (EURO-PP) : UN NOUVEL INSTRUMENT DE FINANCEMENT POUR LES ENTREPRISES MOYENNES »

publié le Vendredi 15 Mai 2015 » Lire la suite

« Qu'attendre de 2015? »

publié le Vendredi 30 Janvier 2015 » Lire la suite

« Méfions-nous des modèles économiques »

publié le Lundi 02 Juin 2014 » Lire la suite

« LA FRANCE ET LE MONDE DE L’ENTREPRISE »

publié le Vendredi 04 Avril 2014 » Lire la suite

« L’EUROPE EN 2014 : CONSOLIDATION OU DISLOCATION »

publié le Mardi 11 Mars 2014 » Lire la suite

« ERRARE HUMANUM EST, PERSEVERARE DIABOLICUM »

publié le Mercredi 16 Octobre 2013 » Lire la suite

« LA FRANCE ET SES DEUX DEFICITS »

publié le Lundi 09 Septembre 2013 » Lire la suite

« Un continent oublié: l'Afrique »

publié le Mardi 21 Mai 2013 » Lire la suite

« L'Europe a-t-elle encore un avenir? »

publié le Vendredi 12 Avril 2013 » Lire la suite

« »

publié le Mardi 19 Mars 2013 » Lire la suite

« L'irrésistible ascension du yuan »

publié le Lundi 18 Février 2013 » Lire la suite

« Sans la croissance rien n'est possible »

publié le Lundi 10 Décembre 2012 » Lire la suite

« Quo Vadis (où allons-nous) ? »

publié le Jeudi 25 Octobre 2012 » Lire la suite

« Le secteur du luxe, un atout pour l'industrie française »

publié le Vendredi 20 Juillet 2012 » Lire la suite

« Trois "contre-vérités" »

publié le Vendredi 22 Juin 2012 » Lire la suite

« La France au lendemain de l'élection présidentielle »

publié le Mercredi 06 Juin 2012 » Lire la suite

« France: Etat des lieux »

publié le Vendredi 13 Avril 2012 » Lire la suite

« Le surendettement: un mal pernicieux »

publié le Vendredi 30 Mars 2012 » Lire la suite

« Croissance et Inégalités »

publié le Jeudi 08 Mars 2012 » Lire la suite

« Un point sur la réforme du système financier mondial »

publié le Vendredi 20 Janvier 2012 » Lire la suite

« Le déclin de l'Occident »

publié le Lundi 19 Décembre 2011 » Lire la suite

« L'urgence du long terme »

publié le Vendredi 02 Décembre 2011 » Lire la suite

« La quadrature du cercle »

publié le Vendredi 04 Novembre 2011 » Lire la suite

« "L'Allemagne paiera" »

publié le Vendredi 21 Octobre 2011 » Lire la suite

« Pourquoi la bourse s’est effondrée ? »

publié le Mercredi 05 Octobre 2011 » Lire la suite