Espace pédagogique - Lexique

Le mot du jour : Obligations «investment grade»

Obligations dont les notations des agences de rating sont situées entre AAA et BBB- selon l'échelle de Standard & Poor's. Ils correspondent à un faible niveau de risque de défaut.

En savoir plus

Déflation

Les économistes qualifient de «déflation», une croissance négative des prix, c'est-à-dire une baisse de prix d'un trimestre par rapport au précédent. On passe d'une situation d'inflation (hausse trimestrielle des prix) à une situation de déflation, à la suite d'une période de «désinflation» qui voit l'indice des prix stopper sa hausse, puis amorcer une baisse qui peut se dérouler sur plusieurs trimestres et provoquer un environnement «déflationniste». Cette baisse des prix peut être causée par une chute du prix des matières premières, qui se transmet à l'ensemble de l'économie par le biais d'une diminution des coûts de production et donc des prix de vente dans les rayons des magasins, et/ou par une chute de la demande finale de biens et de services provoquée par une baisse du pouvoir d'achat (due à une stagnation des salaires, par exemple). Deux exemples historiques de périodes déflationnistes : la plupart des pays industrialisés, entre 1929 et 1933 et, plus récemment, le Japon, entre 1995 et aujourd'hui. Le problème lié à la baisse des prix est le risque de «spirale négative» : les consommateurs attendent que les prix baissent pour acheter ; les stocks s'accumulent et les industriels cessent de produire, ce qui augmente le chômage et accroit la chute du pouvoir d'achat et, donc, des prix. Il est ensuite très difficile d'inverser la tendance comme l'a montré l'avant-guerre.

OK, tout accepter
Fermer